Connectez-vous avec nous

Internet

Ce que vous devez savoir sur la surveillance et les droits reproductifs dans un monde post-Roe v Wade

Crédit : Prostock-studio / Shutterstock

Après l’annulation de l’arrêt Roe v Wade aux États-Unis, le suivi des informations relatives à la procréation n’a jamais été aussi risqué. Dans de nombreux États américains, des millions de personnes cherchant et fournissant des avortements pourraient bientôt faire l’objet de poursuites pénales. Les conversations en ligne ont porté sur l’autodéfense numérique et sur les questions relatives à la confidentialité des applications de suivi des règles et autres traces numériques.

Cette préoccupation est justifiée. La chercheuse Cynthia Conti-Cook, spécialiste du genre et de la justice raciale, a documenté l’utilisation de preuves numériques pour poursuivre les personnes accusées d’avoir cherché à se faire avorter aux États-Unis.

La traque de l’avortement est susceptible de s’inscrire dans d’autres formes de criminalisation et de surveillance auxquelles sont confrontées les communautés marginalisées. Il s’agit notamment de la surveillance des personnes à faible revenu qui cherchent à obtenir de l’aide sociale, et de l’utilisation de la police basée sur des données à caractère racial.

Les forces de l’ordre pourraient avoir accès à des données intimes en les extrayant des téléphones pendant une enquête criminelle. Certains peuvent même acheter des données auprès de « courtiers en données » qui acquièrent et vendent des informations personnelles sans contrôle judiciaire. Et les assignations à comparaître peuvent obliger les entreprises qui stockent des données à les partager. Certaines entreprises commencent déjà à répondre à ces craintes – Google a récemment annoncé qu’il supprimerait les données d’historique de localisation des utilisateurs qui se rendent chez des prestataires de soins d’avortement.

Nous menons des recherches sur la confidentialité et la sécurité numériques d’un point de vue féministe. Si vous vous demandez comment vous protéger et protéger vos données, voici quelques éléments à prendre en compte.

Traqueurs de règles

Des millions de personnes utilisent des applications de suivi des règles pour mieux comprendre leur cycle menstruel, ou pour les aider à éviter ou à tomber enceinte. On craint que l’historique des cycles ne devienne la preuve qu’une personne a subi un avortement. En effet, les applications peuvent enregistrer les premiers signes de grossesse ou les effets secondaires courants d’une fausse couche ou d’un avortement, si l’utilisateur les saisit.

Il y a de bonnes raisons de se méfier de ces applications, mais chacun doit décider de conserver ou de supprimer son application en fonction de sa propre situation (par exemple, son lieu de résidence et le risque de criminalisation auquel il est exposé). Il y a des choses utiles à savoir sur ces applications lorsque vous réfléchissez à ce que vous devez faire.

Les entreprises collectent et stockent beaucoup de données. Nombre d’entre elles stockent des données cycliques, souvent dans de grands ensembles de données anonymes, afin de créer de nouveaux produits, de mener des recherches, de faire des déductions sur leurs utilisateurs ou de les vendre à des tiers.

Bien que la plupart des entreprises promettent de ne pas partager ces données avec les autorités, elles pourraient ne pas être en mesure de tenir cette promesse. Les fournisseurs de services numériques sont tenus de respecter les lois des pays dans lesquels ils opèrent et peuvent être amenés à se conformer aux citations à comparaître des forces de l’ordre.

En l’absence de lois américaines consacrant le droit à l’oubli, la suppression d’applications susceptibles de contenir des informations reproductives « compromettantes » ne suffit pas, car les données restent stockées sur des serveurs. La suppression des données nécessite souvent un contact par courrier électronique avec ces entreprises – bien qu’il s’agisse d’une autre trace écrite numérique, c’est parfois le seul moyen de s’assurer que les données sont entièrement supprimées. Méfiez-vous particulièrement des entreprises qui ne fournissent pas d’informations à ce sujet dans leur politique de confidentialité.

D’une manière générale, si vous utilisez des outils de suivi des règles, assurez-vous d’utiliser une application privilégiant la confidentialité, telle que drip, Read Your Body ou Pow ! Celles-ci ne collectent aucune de vos données sur leurs serveurs, ne stockent que l’historique de vos cycles sur votre téléphone et vous permettent de supprimer facilement des données. Pour ces applications, il suffit de les désinstaller pour supprimer toutes les données de votre cycle.

Se défendre en ligne

La vie privée numérique est depuis longtemps une question féministe. Les outils de protection de la vie privée sont déjà importants pour les femmes victimes de violence conjugale liée à la technologie ou de harcèlement en ligne. Maintenant que nous savons que des données sur notre vie sexuelle et intime sont collectées et pourraient être utilisées à de nouvelles fins, nous avons plus que jamais besoin de ces outils.

Les ressources développées par les collectifs féministes et de défense des droits numériques, telles que le DIY Guide to Feminist Cybersecurity et le Holistic Security Guide sont des outils utiles qui fournissent des conseils en matière de sécurité numérique pour se protéger sur Internet. Si vous vous familiarisez dès maintenant avec les messageries privilégiant la confidentialité, comme Signal, ou les options de navigation sécurisée, comme les VPN, vous n’aurez pas besoin de les découvrir soudainement lorsque vous ou l’un de vos proches serez en crise.

Aux États-Unis, les personnes qui ont besoin d’avorter dépendront désormais de plus en plus des réseaux de fonds d’avortement qui aident les gens à accéder aux soins d’avortement et à les payer. Les demandeurs et les prestataires de soins étant exposés à un risque élevé de surveillance et de criminalisation, le rôle de la sécurité numérique sera essentiel pour protéger ces organisations.

Les conseils de sécurité de DCRYPTD, défenseur de la vie privée numérique, et de l’Electronic Frontier Foundation s’adressent spécifiquement aux demandeurs et fournisseurs de soins de santé reproductive.

Des organisations telles que Chayn et Glitch ont ouvert la voie en développant des ressources sur la sécurité en ligne et l’auto-soin numérique. Reconfigure, un projet auquel nous avons collaboré, a organisé des ateliers communautaires sur la confidentialité et la sécurité numériques féministes. Ces initiatives fournissent non seulement des ressources pour l’autodéfense personnelle, mais aussi des modèles sur la manière dont nous pouvons tous investir dans le soutien communautaire pour assurer la sécurité de chacun.

L’une des principales conséquences de l’arrêt Roe v Wade est que le droit constitutionnel à la vie privée semble désormais menacé. Les États-Unis ont besoin de meilleures lois sur la protection des données, y compris un équivalent fédéral du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE, afin de rendre plus difficile la vente de données personnelles et plus facile pour les personnes de supprimer leurs propres données. Mais aucune réglementation de la vie privée numérique ni aucune directive d’autodéfense ne supprimera les énormes risques et préjudices liés à la criminalisation des soins de santé reproductive.

Les restrictions à l’avortement après l’arrêt Roe ne sont qu’une pièce du puzzle des campagnes anti-choix et des tentatives de contrôle du corps humain qui durent depuis des décennies. Cette situation a été particulièrement grave pour les personnes handicapées et les personnes de couleur, à travers la stérilisation forcée et la criminalisation des fausses couches. La justice reproductive n’implique donc pas seulement la défense numérique, mais la défense du droit à l’autonomie corporelle pour tous.


Après Roe, les femmes américaines ont raison de s’inquiéter de la surveillance numérique. Et il ne s’agit pas seulement d’applications de suivi des règles.


Fourni par
La Conversation

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.The Conversation

Citation:
Ce que vous devez savoir sur la surveillance et les droits reproductifs dans un monde post Roe v Wade (2022, 6 juillet)
récupéré le 7 juillet 2022
à partir de https://techxplore.com/news/2022-07-surveillance-reproductive-rights-roe-wade.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune
partie ne peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni à titre d’information uniquement.


Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES