Facebook obtient de mauvaises notes sur le bulletin des groupes de défense des droits civiques derrière le boycott de la publicité

0
16

Crédit: CC0 Public Domain

Les groupes de défense des droits civils à l'origine du boycott #StopHateForProfit donnent à Facebook de mauvaises notes sur sa réponse, affirmant que l'entreprise n'a pas répondu ou n'a pas répondu aux demandes de la coalition.

Dans un bulletin envoyé aux annonceurs et publié exclusivement aux États-Unis AUJOURD'HUI, la coalition affirme que Facebook n'a pas pris de mesures significatives pour arrêter la propagation du discours de haine sur ses plateformes.

"Nous avons publié une évaluation pour clarifier ce que les groupes de défense des droits civiques, y compris Color Of Change, réclament depuis plusieurs années par rapport à ce que Facebook a réellement fait et accepté de faire", a déclaré Rashad Robinson, président de Colour of Change. "Malgré une déclaration générale des dirigeants d'entreprise selon laquelle Facebook doit faire mieux pour protéger ses utilisateurs noirs, la société n'a pas réussi à répondre de manière significative à nos demandes fondamentales."

Sur les 10 demandes formulées pendant le boycott d'un mois, Facebook n'en a pas répondu à six et n'en a répondu que partiellement à quatre, selon le bulletin.

Par exemple, Colour of Change affirme que Facebook n'a pas suivi ses recommandations pour arrêter le discours de haine sur ses plates-formes, tout en disant aux annonceurs qu'il est le leader du secteur dans la suppression des discours de haine et que sa technologie d'intelligence artificielle s'améliore et s'accélère sans cesse. Alors que Facebook a concédé à une autre demande, embaucher un responsable des droits civiques, il n'envisage pas de le faire au niveau de la direction, comme les organisateurs l'ont demandé, ont déclaré Color of Change.

Robinson affirme que la coalition a créé le bulletin pour réfuter les affirmations que Facebook a faites dans sa propre missive aux annonceurs qui comparaient les recommandations #StopHateForProfit et "le travail en cours sur Facebook".

"Il y a un certain chevauchement entre ce que les organisateurs du boycott ont demandé et ce que nous faisons déjà, ce qui réaffirme le fait que nos objectifs finaux sont les mêmes – lutter contre la haine en ligne", a écrit Facebook aux annonceurs lors du boycott. "Cela ne veut pas dire que nous ne ferons pas plus pour aborder le delta entre ce que nous faisons actuellement et ce que les organisateurs ont demandé, mais le côte à côte est destiné à illustrer ce que nous faisons et ce que nous explorons grâce pour poursuivre les conversations avec la communauté des droits civiques. "

Invité à commenter le bulletin des groupes de défense des droits civiques, Facebook a déclaré qu'il avait investi des milliards dans la suppression des discours de haine de ses plates-formes et disposait d'un "plan d'action clair" pour poursuivre le combat.

Lors de l'appel aux résultats du deuxième trimestre de la société, la directrice de l'exploitation Sheryl Sandberg a souvent déclaré que lorsque les entreprises étaient boycottées, elles n'étaient pas d'accord avec les boycotteurs.

"Ce n'est pas du tout vrai ici. Nous sommes tout à fait d'accord pour dire que nous ne voulons pas de haine sur nos plates-formes, et nous nous y opposons fermement. Nous ne bénéficions pas du discours de haine. Nous ne l'avons jamais fait. Les utilisateurs ne veulent pas le voir. . Les annonceurs ne veulent pas y être associés. Et nous travaillons depuis très longtemps pour nous améliorer dans ce domaine, pour le trouver », a déclaré Sandberg. «À bien des égards, nous menons notre industrie en matière de transparence et d'exécution. Nous allons continuer à travailler très dur dans ce domaine, pas pour des raisons financières ou la pression des annonceurs, car c'est la bonne chose à faire.

Le pacte entre les entreprises et les groupes de défense des droits civiques a été forgé à la suite de la mort de George Floyd. Les annonceurs ont retiré les dépenses de Facebook en juillet pour protester contre le bilan de l'entreprise en matière de droits civils, donnant ainsi la parole à des années de plaintes selon lesquelles Facebook étouffe de manière disproportionnée les utilisateurs noirs tout en ne les protégeant pas du harcèlement.

Plus de 1 000 annonceurs, dont Disney, Walmart et Verizon, y ont participé, siphonnant des millions de dollars publicitaires – pas assez pour réduire les revenus de Facebook, mais suffisamment pour attirer un plus grand examen public du contenu toxique sur Facebook.

La semaine dernière, 20 procureurs généraux des États ont publié une lettre ouverte à Facebook, lui demandant de renforcer l'application de ses politiques en matière de discours de haine. Les procureurs généraux ont décrit sept étapes que l'entreprise devrait suivre, notamment en autorisant des audits indépendants des discours de haine. Facebook a répondu: "Nous partageons l'objectif des procureurs généraux de veiller à ce que les gens se sentent en sécurité sur Internet et nous sommes impatients de poursuivre notre travail avec eux."

La même semaine, près de trois douzaines de démocrates de la Chambre, dont la présidente Nancy Pelosi et la représentante Alexandria Ocasio-Cortez de New York, ont envoyé une lettre à Zuckerberg et à la directrice des opérations Sheryl Sandberg exhortant Facebook à aborder les discours de haine visant les femmes, en particulier les femmes candidates et les leaders politiques. "Cindy Southworth, responsable de la sécurité des femmes de Facebook, a déclaré que l'entreprise continuerait de travailler avec les législateurs pour" proposer de nouvelles solutions ".

Un discours de haine a également été prononcé lors d'une audience du Congrès le mois dernier sur le pouvoir de marché des grandes entreprises technologiques.

"Êtes-vous si grand que vous ne vous souciez pas de la façon dont vous êtes touché par un boycott majeur de 1 100 annonceurs?" La représentante Pramila Jayapal, une démocrate de Washington, a défié le PDG Mark Zuckerberg.

"Non, membre du Congrès, bien sûr que nous nous soucions", a déclaré Zuckerberg. Mais, a-t-il poursuivi, Facebook ne laisserait pas les annonceurs dicter les politiques de l'entreprise.

Même après la fin officielle du boycott, certains annonceurs, dont Ben & Jerry's, ont continué, tout comme certains des plus grands partisans de la campagne.

Le prince Harry, qui avec sa femme Meghan Markle a travaillé dans les coulisses pour soutenir le mouvement Stop Hate for Profit, a continué d'appeler les réseaux sociaux pour éradiquer la haine.

«Notre message était clair: le paysage numérique n'est pas bien et des entreprises comme la vôtre ont la possibilité de reconsidérer votre rôle dans le financement et le soutien des plateformes en ligne qui ont contribué, alimenté et créé les conditions d'une crise de haine, d'une crise de santé, et une crise de vérité », écrit-il dans un essai pour Fast Company.

Le duc de Sussex a déclaré qu'il avait discuté avec le président de Colour of Change, Rashad Robinson, de la manière d'agir en matière de justice raciale depuis le début des manifestations.

"Ce n'est pas une question de communauté noire", a déclaré Harry dans une interview virtuelle publiée lundi sur Instagram par Colour of Change. "Cela dépend de chaque personne qui se trouve actuellement sur la planète."


Facebook promet plus d'action sur le contenu toxique avant la réunion


© 2020 États-Unis aujourd'hui
Distribué par Tribune Content Agency, LLC.

Citation:
Facebook obtient de mauvaises notes sur le bulletin des groupes de défense des droits civiques derrière le boycott de la publicité (2020, 13 août)
récupéré le 13 août 2020
depuis https://techxplore.com/news/2020-08-facebook-bad-grades-card-civil.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d'étude ou de recherche privées, aucune
une partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire