Gestion des appareils mobiles: où va-t-elle?

0
15

Le concept de gestion des appareils mobiles (MDM) n'est pas nouveau. Microsoft et VMware mènent la charge, vantant sa promesse depuis des années, et de nombreux autres annoncent ses avantages. Et pourtant, les plus grandes entreprises du monde, celles qui ont le plus à gagner, n’ont pas encore abandonné les environnements sur site traditionnels.

Cela soulève un certain nombre de questions; chef d’entre eux, si le passage à la gestion mobile n’a pas encore eu lieu, est-ce que le MDM est mort? Sinon, quels barrages routiers se dressent sur le chemin et que faudra-t-il pour les supprimer?

Le potentiel du MDM

Dire que la prolifération et l'adoption des appareils mobiles ont explosé au cours de la dernière décennie serait un euphémisme flagrant. La recherche indique qu'il y en aura jusqu'à 3,5 milliards utilisateurs de smartphones à travers le monde d'ici la fin de l'année, soit près de la moitié de la population mondiale. Ces appareils ont connecté notre monde de manière sans précédent, mais ils – ainsi que d'autres appareils tels que les tablettes et les ordinateurs portables – ont également posé des problèmes de sécurité importants à l'entreprise.

Alors que le mouvement BYOD (apportez votre propre appareil) a simplifié la vie des employés et réduit les coûts pour les entreprises, la charge de gestion des services informatiques a augmenté de façon exponentielle car ils doivent essayer d'empêcher les appareils personnels d'exposer les réseaux d'entreprise à un éventail beaucoup plus large de menaces. Le MDM pourrait supprimer ce problème, ce qui se traduirait par des économies substantielles et une utilisation beaucoup plus efficace des ressources.

Parallèlement, le nombre d'applications migrant vers le cloud s'est également considérablement accéléré. Il peut parfois sembler que toute organisation qui ne parvient pas à adopter l'architecture cloud sera laissée pour compte, collée à ses serveurs alors que ses concurrents cloud natifs les dépassent et innovent pour l'avenir. En conséquence, qu'elles soient motivées par la peur ou par une véritable enthousiasme à l'idée de se débarrasser du coût, de l'espace et de la perte de ressources liés à l'exécution de serveurs sur site, les entreprises ont jeté un coup d'œil au MDM.

Ils sont attirés par le désir de faire converger le mobile avec le bureau avec le serveur pour éliminer les charges de gestion redondantes et les coûts redondants qui traversent leur entreprise, et ils souhaitent se transformer numériquement afin d'avoir une plus grande accessibilité à des systèmes plus efficaces permettant une gestion uniforme des terminaux. Dans le MDM, les entreprises voient le potentiel d'unifier tous les systèmes disparates qu'elles ont en place aujourd'hui.

Et ce ne sont là que quelques-uns des moteurs stratégiques qui travaillent en faveur du MDM. La voie à suivre a été pavée et des plans stratégiques élaborés pour y parvenir, mais pourquoi les entreprises n’ont-elles pas encore bougé?

Les obstacles à l'adoption du MDM

Lorsque des équipes entières de personnes gèrent plusieurs problèmes qui sont tous complètement séparés, qui ne se parlent pas et qui nécessitent tous des frais de licence chaque année – pourtant toutes les applications saignent sur tous ces appareils – les entreprises savent que quelque chose doit changer . Passer d'une ferme de spaghettis géante à une plate-forme moderne qui fait converger tout cela ressemble à un rêve. Mais il est resté au loin.

Pour toutes les limitations des environnements sur site, ils sont testés au combat. Les gens savent exactement comment ils fonctionnent; ils sont solides et fiables. Ces environnements sont également profondément ancrés dans l'entreprise, des milliers d'entreprises réalisant des investissements massifs pour fonctionner sur une infrastructure informatique traditionnelle. Ainsi, bien que le MDM puisse sembler intrigant, de nombreuses organisations veulent s'en tenir à ce qu'elles savent déjà fonctionner. Tous les problèmes ont été résolus; c'est sûr – et ils ont probablement dépensé des millions pour créer cet environnement. S'en débarrasser en fonction de la promesse et du potentiel est risqué.

De plus, le passage au moderne n'est pas simple. Il ouvre ses propres points douloureux, qui ne sont pas sans conséquence. Plus particulièrement, le MDM n'a pas réussi à résoudre les problèmes d'évolutivité. Les responsables informatiques des entreprises doivent se demander: «Si je passe à la gestion mobile, cela change-t-il la topologie du réseau? Modifie-t-il, modifie-t-il ou perfectionne-t-il le WAN de quelque manière que ce soit? » La réponse est non, et c'est un problème car, jusqu'à très récemment, il n'existait pas de moteur de distribution de contenu pour Intune ou Workspace One.

Distribution de contenu rapide et fiable

Une distribution de contenu rapide et fiable est essentielle dans l'entreprise si elle souhaite avoir le moindre espoir de gérer correctement la sécurité des terminaux sans dégrader les performances de leur réseau ou entraver les processus métier. Les entreprises doivent constamment déployer des mises à jour, des correctifs et des logiciels, et sans un moteur de distribution de qualité, ce processus peut prendre plusieurs heures à plusieurs jours, tout en imposant une pression considérable sur le réseau.

Les moteurs de distribution de contenu permettent cependant de gérer rapidement les terminaux sans impacter l'activité. Ils ont connu un succès remarquable dans les environnements traditionnels. Sans une option de distribution viable pour le MDM, cela se traduit par le déploiement régulier d'un seul élément de contenu des centaines de milliers de fois, ce qui pèse énormément sur les entreprises. Le volume considérable de logiciels devant être déployés sur une plate-forme de gestion entraînerait une défaillance du réseau s'il ne disposait pas de l'activation de livraison fournie par un moteur de distribution.

Le processus est encore compliqué par la gestion nécessaire des applications personnalisées, qui sont courantes dans presque toutes les industries. Il existe une incertitude persistante quant à savoir si ces applications peuvent réellement être corrigées et maintenues dans un environnement moderne. Pour que les entreprises passent au mobile, elles doivent s'assurer que ces applications peuvent être mises à jour. Leur entreprise en dépend probablement. Les entreprises ne sont pas prêtes à abandonner ce qui fonctionne et ce qui est nécessaire pour ce qui a été un pari jusqu'à présent.

Même les entreprises qui progressent lentement vers la MDM et qui opèrent dans des environnements hybrides souhaitent gérer l'optimisation du réseau et la livraison de contenu de la même manière dans les environnements modernes que dans les environnements traditionnels; ils veulent standardiser une méthodologie. Ils veulent que les mêmes bonnes pratiques soient utilisées dans les deux endroits – et pourquoi pas. Pourquoi sous-optimiser du côté traditionnel et utiliser un moteur de distribution inférieur de l'autre?

En plus de cela, un facteur humain entrave le MDM. Si les moteurs de distribution de contenu ne sont pas comparables dans un environnement moderne, quelqu'un doit trouver comment le faire fonctionner. Les équipes ne sont pas intéressées à exécuter deux systèmes de gestion différents, en particulier lorsqu'elles sont déjà au maximum. Ceci est inefficace et entraîne des frais généraux inutiles. L'argent et les ressources seraient mieux dépensés ailleurs.

Ainsi, alors que les entreprises ont intégré le MDM dans leurs stratégies à long terme, il y a eu peu de mouvement en raison de la charge de travail impliquée pour y parvenir. Les équipes informatiques ont de nombreuses autres priorités plus urgentes.

Un catalyseur pour les stratégies MDM

Sans véritable catalyseur, les stratégies MDM prometteuses resteront probablement bloquées. Pourtant, COVID-19 pourrait finalement s'avérer être cet agent de changement.

En un instant, des employés du monde entier ont été renvoyés chez eux pour travailler depuis chez eux – une pratique qui n'a pas duré seulement une semaine mais qui s'est poursuivie pendant des mois, mettant une pression énorme sur les réseaux d'entreprise et les pratiques de gestion des terminaux. Bien que COVID-19 n'existera pas pour toujours, il a montré où se situent les faiblesses informatiques et les centres de coûts de l'entreprise. Il n'est pas irréaliste de supposer qu'une situation comme celle-ci pourrait se reproduire. En tant que telles, les entreprises dépoussièrent leurs plans MDM et les accélèrent potentiellement.

Ils ont constaté tout au long de cette période difficile que les styles de travail évoluent et que le lieu de travail a probablement été modifié à long terme. Ainsi, il est logique de soutenir et de permettre des pratiques positives qui encouragent la productivité et l'efficacité – et le MDM peut certainement aider à cet égard. Les entreprises disent maintenant: «Soyons réalistes, nous n'allons pas y arriver en un jour – mais passons à l'action afin que nous puissions tirer parti du MDM pour de meilleures façons de communiquer avec les travailleurs lorsqu'ils sont en dehors du réseau de l'entreprise et lorsque les gens ont se connecter à distance; facilitons les choses pour nos équipes pour le bien de notre organisation. » MDM facilite la gestion à distance. Il unifie également des systèmes disparates et réduit les coûts à un moment où les ventes peuvent être négativement affectées.

Mais qu'en est-il de ces redoutables problèmes d'évolutivité et de fiabilité? Heureusement, de nouvelles solutions arrivent maintenant sur le marché pour y répondre. Les entreprises peuvent désormais rationaliser la gestion des appareils et un volume de trafic incroyable sur une nouvelle plate-forme, car les offres récentes résolvent le problème du réseau – les entreprises peuvent physiquement envoyer du contenu sur le réseau alors que cela n'était pas possible auparavant. Néanmoins, cela ne suffira pas pour que les entreprises se précipitent et changent tout leur environnement. D'autres défis restent plus urgents en ce qui concerne les retombées du COVID-19, mais cela fait remonter le MDM dans l'échelle des priorités.

La combinaison crise + solution aux défis du réseau se traduira par l'adoption du MDM avec une nouvelle vitesse. Bien que cela ne se produise pas du jour au lendemain, le MDM est en marche.

  • Doug Kennedy, directeur de la croissance chez Adaptiva.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire