Connectez-vous avec nous

Ordinateurs et informatique

Le NHS interdit au personnel d'utiliser Zoom sur les problèmes de confidentialité

Le NHS a déconseillé aux médecins d'utiliser la vidéoconférence Zoom pour communiquer avec les patients en raison des inquiétudes croissantes en matière de sécurité.

Cette directive est conforme aux directives récemment publiées par le bureau du commissaire à l'information et le NHSX, qui est le dernier organisme à mettre en garde contre l'utilisation de Zoom.

Le NHS, qui compte plus de 12 000 employés à travers le Royaume-Uni, a plutôt suggéré aux membres du personnel d'utiliser des alternatives Zoom telles que Bluejeans et Microsoft Teams pour effectuer des rendez-vous vidéo.

Questions de confidentialité

Le Royaume-Uni étant toujours verrouillé, les médecins ont été contraints d'utiliser des solutions de vidéoconférence pour prodiguer des soins aux patients. Cependant, le personnel médical utilisait souvent des solutions alternatives pour aider les patients, mettant leurs informations en danger.

"La sécurité des informations sur les patients et nos responsabilités en tant que contrôleur des données sont d'une importance capitale pour le Trust, et nous continuons à examiner les directives nationales à ce sujet", a déclaré un porte-parole du Central London Community Healthcare NHS trust.

«Compte tenu des outils alternatifs et sécurisés dont dispose notre personnel, le Central London Community Healthcare NHS Trust ne recommande pas l'utilisation de Zoom pour les rendez-vous vidéo des patients», a-t-il ajouté.

Alors que la commissaire à l'information, Elizabeth Denham, est favorable à l'utilisation des dernières technologies car elles aident à aider les patients à diagnostiquer et à consulter plus rapidement, elle a été citée en disant qu'elle ne pouvait pas «envisager une situation où elle prendrait des mesures contre les professionnels de la santé et des soins essaie clairement de dispenser des soins.

Le NHS a maintenant rejoint des sociétés telles que SpaceX, Google et la NASA, ainsi que des écoles aux États-Unis et à Singapour, ainsi que les gouvernements de Taïwan, d'Allemagne et d'Inde pour bloquer l'utilisation de Zoom.

Zoom a été à la réception en raison de l'absence de mesures de sécurité des données sur la plate-forme. Même si la plateforme a vu sa base d'utilisateurs grimper à 200 millions, des incidents comme Zoombombing, l'envoi de données à Facebook et bien d'autres ont forcé son PDG à s'excuser publiquement.

Via: Telegraph

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES