Les entreprises de technologie se dépêchent de combattre la désinformation avant le vote britannique

0
5

En ce 3 septembre 2019, archivez une photo, quittez et restez. Les partisans tentent de se bloquer les uns des autres alors qu'ils manifestent devant la place du Parlement à Londres. Les sociétés Internet déclarent travailler pour lutter contre la désinformation en prévision des élections générales du mois prochain au Royaume-Uni, mais les fausses déclarations en ligne et les annonces politiques trompeuses demeurent une menace en raison de l'inaction du gouvernement. (Photo AP / Matt Dunham, Fichier)

Facebook ouvre une salle de guerre pour réagir rapidement aux canulars électoraux. Twitter interdit les publicités politiques. Google prévoit de sévir contre les fausses vidéos sur YouTube.

Les plates-formes de médias sociaux déclarent organiser une campagne vigoureuse contre la désinformation en vue des élections générales au Royaume-Uni le mois prochain. Mais les experts en désinformation numérique estiment que les électeurs britanniques restent vulnérables au même type d'annonces trompeuses et d'affirmations bidon qui ont joué un rôle dans le vote de sortie de l'Union européenne il y a trois ans.

L’inaction du gouvernement en matière de désinformation en ligne et de réglementation de la publicité numérique a accentué la pression qui pèse sur les entreprises du Web qui font l’objet de critiques croissantes pour avoir amplifié leurs fausses déclarations lors du référendum sur le Brexit de 2016 et de l’élection de 2016 aux États-Unis.

Le Premier ministre Boris Johnson a fait pression pour que les électeurs choisissent 650 représentants à la Chambre des communes, le 12 décembre, dans l'espoir que son parti conservateur obtienne suffisamment de sièges pour sortir de l'impasse concernant son projet d'éliminer la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

Et avec des campagnes à peine en cours, les faussetés se propagent déjà en ligne.

Une vidéo postée cette semaine sur Twitter et Facebook par le Parti conservateur contient un montage trompeur d'une interview télévisée avec une personnalité du parti travailliste. La vidéo avait été modifiée pour montrer que le fonctionnaire n'avait pas répondu à une question sur le Brexit, alors qu'il avait répondu rapidement.

Le président du Parti conservateur a qualifié cette vidéo de satire de satire légère, mais cela fait partie d'un grave problème auquel sont confrontés les électeurs britanniques, selon Will Moy, directeur général de Full Fact, une organisation indépendante de vérification des faits basée à Londres.

"Le plus gros risque pour les citoyens britanniques à l'heure actuelle est de se faire mentir par leurs propres politiciens", a déclaré Moy, dont l'organisation travaille avec Facebook et d'autres en tant que vérificateur de faits tiers, tout comme The Associated Press. Il a déclaré que les lois rédigées il y a plusieurs décennies pour couvrir la publicité politique pour la presse écrite, la radio et la télévision ne pouvaient être appliquées à la portée et à la vitesse de l'Internet.

Le débat public autour du vote du Brexit de 2016 a été motivé en partie par un certain nombre de fausses déclarations. Ils ont notamment promis que la Grande-Bretagne pourrait récupérer 350 millions de livres par semaine en quittant l'Union européenne – une affirmation sans fondement selon laquelle une enquête révélée par la suite serait considérée par près de la moitié des Britanniques.

La menace s'est accrue parallèlement à l'influence des médias sociaux et à la prolifération des publicités politiques en ligne. La part de la campagne électorale consacrée à la publicité numérique est passée de 0,3% en 2011 à 42,8% en 2017, selon la Commission électorale du Royaume-Uni.

L’élection présidentielle américaine de 2016 et le référendum sur le Brexit ont également mis en lumière les préoccupations relatives à l’ingérence étrangère en ligne, après des allégations selon lesquelles la Russie aurait tenté d’utiliser les médias sociaux pour diviser les Américains sur des sujets controversés comme la race et la religion. Une tactique similaire aurait peut-être été utilisée avant le vote sur le Brexit: une étude menée en 2017 par l'Université de Californie à Berkeley et l'Université de Swansea au Pays de Galles a révélé que plus de 150 000 comptes Twitter liés au Kremlin disséminaient des messages favorables et critiques à l'égard du Brexit. La Russie a à plusieurs reprises nié s'immiscer dans les élections.

Les retombées de l'élection américaine ont également montré que les annonceurs en ligne peuvent exploiter les données collectées à partir de comptes de médias sociaux pour cibler des publicités ciblées. Le consultant politique basé à Londres, Cambridge Analytica, a collecté des données à partir de millions de comptes Facebook, à l'insu des utilisateurs, pour dresser un profil des électeurs et aider la campagne électorale du président américain Donald Trump.

Malgré les informations faisant état de nouvelles réglementations visant à lutter contre la désinformation ou à cibler les annonces numériques sur les électeurs, les autorités britanniques n'ont apporté aucun changement significatif aux lois régissant les publicités en ligne, les médias sociaux et la désinformation électorale.

Il reste donc à des entreprises privées géantes telles que Facebook, Twitter et Google la responsabilité de décider de la meilleure façon de contrôler ce contenu par le biais d’un patchwork de règles.

Les élections au Royaume-Uni seront parmi les premières depuis le début de la nouvelle politique de Twitter interdisant les publicités politiques payantes, qui entrera en vigueur le 22 novembre. Cette décision a été saluée par certains comme une étape importante dans la réduction de la désinformation électorale, bien que certains critiques l’aient qualifiée de trop large. s'est interrogé sur son importance, étant donné le nombre relativement modeste d'annonces politiques de Twitter.

"Nous pensons que le message politique doit être gagné et non acheté", a tweeté Jack Dorsey, PDG de Twitter.

L'interdiction de Twitter contraste avec la politique de Facebook consistant à ne pas vérifier les annonces des politiciens et à laisser de fausses annonces manifestement fausses.

Cette semaine, un groupe de 10 chercheurs en technologie, défenseurs de la transparence et organisations technologiques à but non lucratif basés au Royaume-Uni a fait appel à Facebook et Google, qui exploite YouTube, pour suivre l'exemple de Twitter.

Malgré les critiques, les dirigeants de Facebook insistent sur le fait qu'ils comprennent les enjeux et prennent la menace de la désinformation au sérieux.

"Nous avons tiré les leçons de 2016, lorsque la Russie a utilisé Facebook pour propager la division et la désinformation lors de l'élection présidentielle américaine", a écrit Richard Allan, vice-président des solutions politiques de Facebook, dans un article publié le mois dernier dans The Telegraph.

Avec 42 millions d'utilisateurs en Grande-Bretagne, Facebook possède le plus vaste réseau de médias sociaux au Royaume-Uni et a fait l'objet de la plus grande attention pour son rôle dans la diffusion de fausses informations avant le vote sur le Brexit. Facebook possède également Instagram et WhatsApp.

L'année dernière, la société a commencé à exiger des annonces politiques en Grande-Bretagne qu'elles comportent un avertissement expliquant qui l'a payée. Les publicités politiques sont également archivées dans une base de données publique contenant des informations telles que l'âge des personnes ciblées par la publicité et le montant des dépenses réalisées.

Parmi les autres changements, citons l'interdiction des publicités politiques qui découragent le vote et le lancement d'un centre d'opérations pour rechercher et éliminer les canulars et les informations erronées liés à l'élection britannique.

Après une enquête de 18 mois sur la vie privée en ligne et l'utilisation des médias sociaux pour répandre la désinformation, un comité parlementaire influent a exhorté le gouvernement, en février, à approuver d'urgence de nouvelles lois sur les techniques de campagne Internet, insistant sur le fait que la démocratie était menacée.

La Commission électorale a présenté ses propres propositions, notamment des bannières sur des publicités politiques numériques identifiant clairement leur parrain et des amendes plus lourdes pour les campagnes violant les règles.

Aucune des recommandations n'a été approuvée.

"Il n'y a eu absolument aucune réponse aux recommandations", a déclaré Susan Banducci, politologue à l'Université d'Exeter, qui étudie l'impact des médias sociaux sur les élections. "Nous savons qu'il y a un problème. Vous devez vous demander pourquoi les gouvernements ne sont pas disposés à agir."


Un législateur britannique défie Facebook sur ses publicités politiques


© 2019 L'Associated Press. Tous les droits sont réservés.

Citation:
                                                 Les entreprises de technologie se dépêchent de lutter contre la désinformation avant le vote britannique (10 novembre 2019)
                                                 récupéré le 10 novembre 2019
                                                 de https://techxplore.com/news/2019-11-tech-companies-misinformation-uk-vote.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Mis à part toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucun
                                            partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

  • Oemine som valeriane 60 gelules Pour se relaxer et s?apaiser avant d?aller dormir.
    Pour se relaxer et s?apaiser avant d?aller dormir. Conseil d?utilisation : 3 gélules au coucher avec un verre d?eau.Ingrédients: valériane, passiflore,…
  • Xiaomi Se Rc Bras De Moteur De Remplacement Pour Xiaomi Fimi X8 Rc Drone (Avant Gauche)-Xiaomi
    Achetez ce produit et cumulez des SuperPoints à dépenser sur PriceMinister! Retrouvez tout l'univers enfant_modelisme au meilleur prix sur PriceMinister.…
  • pool technologie Electrolyse de sel Facileo pour piscine juqu'a 90m3 max
    Electrolyseur de sel pour piscine jusqu'à 90m3 Imaginez que vous avez votre propre fabrique de chlore directement dans votre piscine!…
  • ip44 de Mox Down #3 IL LED - Lampe Extérieur - Fin de série - acier inoxydable/brossé/technologie IvyLight/PxHxP 15x15x8,4cm
    La Mox Down #3 IL LED - Applique murale d'extérieur a été conçue pour la marque IP44.de. Depuis 1993, cette…
  • CIMALP Veste imperméable 3 couches technologie Ultrashell®
    Cette veste 3 couches Ultrashell® sera un allié incontournable pour vos sorties montagnes. Taillée pour les conditions extrêmes et les sportives les plus exigeantes :Ultra-légère et…
  • beliani Lit britannique en tissu beige 160 x 200 cm AUREL
    Ce lit double au style traditionnel émerveillera votre chambre ! Le design typiquement britannique de ce lit en tissu se…
  • beliani Lit britannique en tissu beige 180 x 200 cm AUREL
    Ce lit double au style traditionnel émerveillera votre chambre ! Le design typiquement britannique de ce lit en tissu se…
  • Vitall+ Chlorella 1000mg - 125 comprimés Elle se distingue des autres végétaux par une exceptionnelle concentration en chlorophylle.
    La Chlorella est une micro-algue monocellulaire verte d'eau douce. Elle se distingue des autres végétaux par une exceptionnelle concentration en…
  • Applimo Radiateur électrique à inertie Pégase 1000W smart Ecocontrol horizontal 0011933SE
    Ce radiateur électrique à inertie sèche Pégase dispose de lignes classiques. Avec un corps de chauffe en fonte active, Pégase…
  • valera S-Cheveu VALERA Silence Express VA SE200
    Pour retrouver des résultats professionnels à la maison, optez pour le sèche-cheveux VALERA Silence Express VA SE2000. Fabriqué en Suisse,…

Laisser un commentaire