Les États-Unis et leurs alliés poussent Facebook pour l'accès à des messages cryptés

0
38

Les responsables ont demandé à Facebook de ne pas utiliser le cryptage des messages sur ses plateformes de communication sans permettre aux autorités de visualiser les messages si le besoin s'en faisait sentir.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie ont appelé Facebook à donner aux autorités la possibilité de contourner le cryptage utilisé dans ses services de messagerie – une mesure à laquelle s'oppose le géant des médias sociaux.

Facebook a été victime de plusieurs scandales liés à la protection de la vie privée ces dernières années et s'est engagé à renforcer la protection des utilisateurs en déployant un cryptage de bout en bout sur toutes ses plateformes de médias sociaux.

Mais ce plan risque d'affaiblir la capacité des forces de l'ordre à détecter les actes criminels, notamment le terrorisme et la pornographie mettant en scène des enfants, selon une lettre conjointe signée par le procureur général des États-Unis, William Barr, le ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, et le ministre australien de l'Intérieur, Peter Dutton.

"Facebook ne s'est pas engagé à répondre à nos graves préoccupations concernant l'impact que ses propositions pourraient avoir sur la protection de nos citoyens les plus vulnérables", a déclaré la lettre de jeudi, adressée au chef de la société, Mark Zuckerberg, et examinée par l'AFP.

La société chiffre déjà les messages WhatsApp de bout en bout (ce qui signifie que seuls l'expéditeur et le destinataire peuvent lire le message) et s'efforce d'étendre la technologie à d'autres applications de sa famille, notamment Messenger et Instagram.

Facebook dit qu'il a l'intention de lancer le service sans accorder de surveillance aux organismes chargés de l'application de la loi.

"Nous sommes fermement opposés aux tentatives du gouvernement de créer des backdoors, car elles porteraient atteinte à la vie privée et à la sécurité des personnes partout dans le monde", a déclaré un porte-parole de Facebook.

M. Zuckerberg a déclaré que les utilisateurs réclamaient le cryptage, ajoutant que des modèles de comportement et des connexions entre comptes pourraient être utilisés pour détecter un comportement illicite, même si les autorités ne pouvaient pas voir les données dans des messages privés.

Lors d'une séance de questions-réponses avec les employés, M. Zuckerberg a déclaré que Facebook continuerait à travailler avec les autorités pour trouver un équilibre entre les préoccupations relatives à la vie privée et la lutte contre des crimes comme l'exploitation des enfants et le terrorisme.

"Avoir la disponibilité pour regarder le contenu est un signal utile, et quand vous perdez, vous vous battez avec au moins une main attachée derrière le dos et vous espérez que vous pourrez faire beaucoup de choses intéressantes avec votre autre main. ", A déclaré Zuckerberg.

Mais il a ajouté que le cryptage présentait de nombreux avantages, tels que la protection des journalistes et des manifestants politiques.

Les groupes de droits ont accepté.

"Ces technologies protègent chaque jour des milliards de communications, de la correspondance sensible des victimes de la violence domestique aux dossiers financiers des entreprises, en passant par nos informations médicales privées", a déclaré Hannah Quay-de la Vallée, technologue principale du Center for Democracy, basé à Washington. et la technologie.

Le dénonciateur de surveillance Edward Snowden a également critiqué la demande des États-Unis à Facebook.

"Le gouvernement demande un accès détourné aux communications privées de 1,5 milliard de personnes utilisant WhatsApp", a tweeté Snowden.

"Si Facebook accepte, il pourrait s'agir de la plus grande violation de la vie privée de l'histoire dans la nuit."

Problèmes de confidentialité

Les efforts de Facebook pour renforcer la vie privée des utilisateurs font suite à plusieurs scandales dommageables.

En juillet, la Commission fédérale du commerce des États-Unis a infligé à l'entreprise une amende record de 5 milliards de dollars pour violation de la protection des données dans un règlement de grande envergure appelant à une refonte des contrôles et de la surveillance de la confidentialité sur le réseau social.

La FTC a conclu que Facebook avait violé l'engagement pris en 2011 de protéger les données des utilisateurs à la suite de l'affaire Cambridge Analytica, lorsqu'un consultant politique a eu accès aux données de près de 90 millions d'utilisateurs et les a utilisées pour cibler les électeurs.

Le même consultant a travaillé à la fois sur la campagne d'abandon du référendum britannique sur le Brexit de 2016 et sur la campagne électorale du président américain Donald Trump la même année.

Lors de la dernière défaillance de la société en matière de confidentialité, les numéros de téléphone associés à plus de 400 millions de comptes Facebook ont ​​été répertoriés en ligne le mois dernier sur un serveur exposé non protégé par un mot de passe.

Accord de partage de données

La demande de jeudi intervient peu après la signature de l'accord CLOUD Act, qui permettra aux services répressifs britanniques et américains d'exiger des données électroniques concernant des crimes graves directement aux entreprises de technologie basées dans l'autre pays.

L'accord permettra "un accès plus efficace aux données nécessaires à des enquêtes rapides", a déclaré M. Barr dans un communiqué.

Facebook a interprété la loi CLOUD pour permettre aux sociétés de technologie de permettre aux utilisateurs de mener des conversations en ligne privées et d'être tenus de fournir les informations disponibles aux demandes légales valides, et non de créer des portes dérobées dans des systèmes cryptés.


Le procureur général américain déclare que le cryptage crée un risque pour la sécurité


© 2019 AFP

Citation:
                                                 Les États-Unis et leurs alliés poussent Facebook à accéder aux messages cryptés (4 octobre 2019)
                                                 récupéré le 4 octobre 2019
                                                 à partir de https://techxplore.com/news/2019-10-authorities-access-facebook-encrypted-messaging.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Mis à part toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucun
                                            partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire