Les géants de la technologie concluent un accord avec les annonceurs pour discours de haine

0
13

Crédit: Domaine public Pixabay / CC0

Les géants du Web, dont Facebook, ont conclu un accord avec les annonceurs sur la manière d’identifier les contenus préjudiciables tels que les discours de haine, après une impasse sur le problème qui a conduit au boycott de la plateforme.

L’accord, qui incluait également Twitter et YouTube, définissait pour la première fois un ensemble commun de définitions des déclarations haineuses en ligne.

En juillet, des centaines d’annonceurs, y compris de grandes marques grand public, ont suspendu la publicité avec Facebook dans le cadre de la campagne #StopHateForProfit, affirmant que le titan des médias sociaux devrait faire plus pour éradiquer la haine et la désinformation sur sa plate-forme.

Et plus tôt ce mois-ci, un groupe de célébrités – dont Kim Kardashian, Leonardo DiCaprio et Katy Perry – a cessé d’utiliser Facebook et Instagram pendant 24 heures, pour faire passer un message similaire.

La Fédération mondiale des annonceurs (WFA) a déclaré mercredi dans un communiqué: “Facebook, YouTube et Twitter, en collaboration avec des spécialistes du marketing et des agences à travers l’Alliance mondiale pour des médias responsables, ont convenu d’adopter un ensemble commun de définitions du discours de haine et d’autres contenus préjudiciables. et de collaborer en vue de surveiller les efforts de l’industrie pour s’améliorer dans ce domaine critique. “

L’alliance a été fondée par le WFA et comprend d’autres grands organismes commerciaux.

Selon le WFA, les principaux domaines d’accord comprenaient l’application des définitions communes du contenu préjudiciable de l’alliance; élaborer des normes de rapport pour ce contenu; établir une surveillance indépendante; et le déploiement d’outils pour éloigner les publicités des contenus préjudiciables.

La WFA a déclaré que définir correctement le discours de haine en ligne éliminerait le problème actuel des différentes plates-formes en utilisant leurs propres définitions, ce qui, selon elle, rendait difficile pour les entreprises de décider où placer leurs publicités.

«En tant que bailleurs de fonds de l’écosystème en ligne, les annonceurs ont un rôle essentiel à jouer dans la conduite de changements positifs et nous sommes heureux d’avoir conclu un accord avec les plateformes sur un plan d’action et un calendrier afin d’apporter les améliorations nécessaires», a déclaré Stephan Loerke, chef exécutif du WFA.

Luis Di Como, vice-président exécutif des médias mondiaux chez Unilever, un annonceur majeur, a émis une note d’optimisme prudent.

Il a déclaré: “Les problèmes au sein de l’écosystème en ligne sont compliqués, et bien que le changement ne se fasse pas du jour au lendemain, aujourd’hui marque un pas important dans la bonne direction.”

S’exprimant en juillet, le fondateur et directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré qu’il restait catégorique sur le fait que l’entreprise ne voulait pas de discours de haine sur le réseau social.

Mercredi, la vice-présidente de la société pour les solutions marketing mondiales, Carolyn Everson, a déclaré que l’accord donnait à toutes les parties “un langage unifié pour aller de l’avant dans la lutte contre la haine en ligne”.


Les plateformes de médias sociaux sont confrontées à un jugement sur le discours de haine


© 2020 AFP

Citation: Les géants de la technologie concluent un accord avec des annonceurs pour discours de haine (23 septembre 2020) récupéré le 23 septembre 2020 sur https://techxplore.com/news/2020-09-tech-giants-advertisers-speech.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire