Connectez-vous avec nous

Internet

L'Inde prépare un projet de politique de données pour la mission de santé numérique | TechRadar

Le gouvernement indien a publié un projet de politique de gestion des données de santé qui servira de principe directeur pour protéger la confidentialité des données des personnes souhaitant s'inscrire à la National Digital Health Mission (NDHM).

Le projet de politique a été publié sur le site Web de la NDHM et sera disponible pour les commentaires et commentaires du public jusqu'au 3 septembre. La politique sera finalisée après réception des suggestions du public.

Le projet de politique se concentre sur la confidentialité des données, la gestion du consentement, le partage et la protection des données.

Le projet de politique stipule que toute personne s'inscrivant à la mission de santé obtiendra gratuitement un identifiant de santé et aura un contrôle total sur ses données personnelles individuelles. Les personnes sont libres de reprendre le consentement déjà donné afin de restreindre tout partage de données personnelles liées à l'ID.

Cela sera conforme à toutes les lois applicables et aux normes internationales pour la collecte et le traitement des données de santé, selon la NHA (National Health Authority), qui a publié le projet de politique.

Le Dr Indu Bhushan, directeur général de l’Autorité nationale de la santé, a déclaré que le projet de politique de gestion des données de santé est la première étape dans la réalisation du principe directeur de la NDHM «Sécurité et confidentialité dès la conception» pour la protection de la confidentialité des données des individus.

Le programme NDHM a été annoncé par le Premier ministre Narendra Modi lors de son discours de la fête de l'indépendance le 15 août.

Qu’est-ce que NDHM?

NDHM est un plan du gouvernement indien visant à simplifier l'accès aux dossiers médicaux des personnes afin de leur permettre de partager des profils de santé complets stockés numériquement avec des prestataires à des fins de traitement et de suivi. Actuellement, les gens ont du mal à conserver de longues traces de dossiers papier pour les interventions sanitaires. Ces dossiers sont essentiels pour surveiller l’état de santé d’une personne et assurer la continuité du traitement.

Dans le cadre de la NDHM, les Indiens qui s'y inscrivent peuvent avoir accès à une carte d'identité de santé unique et facile à retenir contenant des détails sur leur santé et leurs antécédents de traitement. Grâce à cet identifiant, les individus pourront non seulement rechercher des hôpitaux et des laboratoires vérifiés, mais pourront également évaluer la qualité des services, sur la base des commentaires partagés par d'autres.

Outre les particuliers, tous les médecins, hôpitaux, laboratoires de diagnostic et pharmacies se verront également attribuer une identité numérique pour permettre un processus unique et standardisé d'accomplissement de leurs formalités d'identification, de certification et d'audit.

La participation à NDHM sera volontaire pour les individus et les prestataires de soins de santé. La participation est gratuite, l'utilisation d'Aadhaar étant obligatoire.

NDHM offrira également des services tels que la télémédecine dans le cadre de sa suite numérique.

Que collectera NDHM?

Le projet de politique a défini un cadre pour le traitement sécurisé des données personnelles et sensibles collectées auprès des individus.

Les personnes qui s'inscrivent à NDHM devront partager avec le gouvernement ce que l'on appelle généralement des «informations personnelles sensibles». Cela peut être sa vie sexuelle, son orientation sexuelle, sa caste, sa religion, ainsi que des données génétiques et biométriques.

Le projet de politique indique que la NDHM aura besoin d'informations financières (modes de paiement), de données sur la santé physique, physiologique et mentale et sur le statut transgenre / intersexe.

Les données, bien sûr, sont la propriété des individus. Les données personnelles ne seront collectées qu'après un consentement formel des personnes qui, si elles le souhaitent, peuvent révoquer leur consentement ultérieurement. Le gouvernement met en place un cadre pour la protection de la confidentialité des données conformément aux lois et réglementations applicables.

Les données collectées dans l'écosystème de la santé numérique seront stockées à trois niveaux – le niveau central, le niveau de l'État ou du territoire de l'Union et au niveau des établissements de santé.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES