L’innovation numérique va dans les deux sens : la répression augmente, la résistance répond

0
18

Drone Emprit, Auteur fourni

L’avancement des médias numériques est une arme à double tranchant.

En Asie du Sud-Est, le politologue Aim Sinpeng a soutenu que les médias numériques sont devenus un répertoire vital d’activisme. Cependant, une combinaison astucieuse d’autoritarisme politique et de contrôles croissants sur Internet a exercé une pression sur la société démocratique.

Ces forces numériques contradictoires sont à l’œuvre en Indonésie.

D’un côté, Internet a aidé le public à exprimer ses critiques à l’égard du gouvernement. Mais, d’un autre côté, la technologie numérique a aidé les autorités à faire taire les critiques.

Atteinte à la liberté pendant la pandémie

Pendant la pandémie, le gouvernement indonésien a introduit de nouvelles réglementations et initiatives pour contrôler le flux d’informations dans le cyberespace.

Les autorités ont affirmé que ces mesures visaient à protéger la nation au milieu des progrès de la technologie numérique. Mais ces réglementations et initiatives pourraient bien empêcher les citoyens d’interagir dans la sphère numérique.

L’année dernière, la police nationale indonésienne a ordonné à son personnel d’effectuer une cyber patrouille.

La patrouille vise à surveiller la circulation de l’opinion et des nouvelles, la propagation des canulars concernant COVID-19, la réponse du gouvernement à la pandémie et les insultes contre le président et les représentants du gouvernement.

Cependant, on ne sait pas quels paramètres la patrouille utilise pour étiqueter toute information sur COVID-19 et les réponses à celui-ci comme un canular.

Au début de 2021, la police a annoncé le prix du badge pour les citoyens qui signalent activement des actes criminels commis sur les réseaux sociaux. Bien que les évaluations exactes et le mécanisme de la récompense ne soient pas encore finalisés, cela pourrait amener les citoyens à trouver des défauts dans les activités en ligne des autres.

La police a également créé une nouvelle unité, surnommée la « police virtuelle » ou cyberpolice. Sa tâche est de surveiller les médias sociaux et d’émettre des avertissements pour le contenu qui viole les informations et transactions électroniques (Informasi dan Transaksi Elektronik, ou ITE).

La loi a été adoptée en 2008 pour protéger les consommateurs dans les transactions électroniques lorsque l’utilisation d’Internet pour des activités économiques a gagné du terrain. Dans la pratique, le gouvernement et les forces de l’ordre en ont abusé pour faire taire les dissidents politiques.

L’unité de cyber police est un nouveau modèle de surveillance. Le prix du badge et la police virtuelle suscitent des inquiétudes similaires, car ils alimentent la peur parmi les citoyens d’exprimer leurs opinions en ligne. Cela équivaut à une atteinte à la liberté d’expression.

En outre, la criminalisation des utilisateurs en ligne utilisant la cyber-loi indonésienne controversée s’est intensifiée pendant la pandémie. L’effet a été de faire taire la critique publique de la réponse de l’État à la crise.

L’organisme de surveillance des droits numériques SAFEnet a enregistré au moins 84 affaires pénales contre des internautes en 2020. C’est près de quatre fois plus que les 24 affaires enregistrées en 2019.

L’autoritarisme numérique

Une analyse des politologues Tiberiu Dragu de l’Université de New York et Yonatan Lupu de l’Université George Washington, aux États-Unis, a montré que l’innovation technologique a conduit à des niveaux plus élevés d’abus qui empêchent les groupes d’opposition de se mobiliser.

Cette innovation a également augmenté la probabilité que les autoritaires réussissent à paralyser une telle opposition.

En effet, les avancées numériques ont fourni aux gouvernements et aux institutions autoritaires de nombreux outils de surveillance numérique qui les aident à réprimer la liberté d’expression et d’autres libertés civiles.

La cyberpolice utilise une campagne à sens unique et limite la délibération interactive dans l’espace public numérique. Les internautes indonésiens ont posté de nombreuses questions sur les tweets de la cyber-police, mais il n’y a eu aucune réponse. Il vient de créer des débats en ligne parmi les internautes qui ont besoin d’être clarifiés.

Un récent sondage de Kompas, l’un des plus grands médias d’Indonésie, a révélé que 34,3 % du public indonésien considère la cyberpolice comme une menace pour la liberté d’expression.

Dans un contexte plus large, la cyberpolice a ajouté aux pressions sur la liberté numérique en Indonésie. La liberté numérique est déjà réprimée par la loi ITE et par les cyberattaques.

Des cyberattaques s’étaient déjà produites avant la pandémie et l’arrivée de la cyberpolice. Ces attaques contre les militants pro-démocratie prennent de multiples formes, notamment la terreur téléphonique et le piratage, ainsi que la surveillance de WhatsApp et des e-mails.

L’une des plus grandes cyberattaques de la recherche du deuxième auteur a été dirigée contre des militants universitaires indonésiens qui ont rejeté la révision de la loi sur la Commission d’éradication de la corruption (KPK) en 2019.

D’autres cas concernaient des attaques contre des militants, des étudiants universitaires et des sites Web de médias.

Du bon côté

La bonne nouvelle est que, malgré ces attaques, la société civile indonésienne continue de se battre.

Les médias numériques ont soutenu et facilité la montée de l’opposition de la société civile aux actions et politiques problématiques du gouvernement. Les exemples incluent les protestations contre la loi KPK révisée, la nouvelle politique normale, la loi sur la création d’emplois et la décision d’organiser des élections régionales pendant la pandémie.

Une recherche collaborative entre l’institut de recherche indonésien LP3ES, l’Université d’Amsterdam et KITLV Leiden aux Pays-Bas, l’Université Diponegoro à Java central, en Indonésie, l’Université islamique indonésienne à Yogyakarta et la société de conseil en mégadonnées Drone Emprit ont identifié des vagues de résistance de la société civile dans la sphère numérique.

La recherche qui sera bientôt publiée tente, entre autres, de comparer le nombre de comptes de tweets indonésiens qui ont soutenu la loi sur la création d’emplois et ceux qui l’ont rejetée.

Les acteurs de la société civile indonésienne ont continué à lutter contre les cyberattaques ainsi que l’invasion d’influenceurs, de buzzers et de bots soutenant les autorités dans la sphère numérique. La police virtuelle pourrait être vue comme une autre forme d’intimidation dans cet espace public.

Cette résistance marque l’émergence d’une nouvelle conscience citoyenne sur la participation politique à l’environnement numérique.

Dans le même temps, les citoyens indonésiens doivent continuer à se renseigner sur les droits numériques pour comprendre leurs droits fondamentaux, exprimer leurs opinions et trouver des informations fiables.

Le gouvernement doit faciliter la liberté d’expression dans les espaces en ligne pour que les citoyens puissent exprimer leurs droits et intérêts. Dans le même temps, il doit éviter et empêcher toute pratique autoritaire déformant la démocratie. Cela peut commencer par la révision de la loi ITE et le licenciement de l’unité de cyber-police.


Les intrusions sur les droits civiques dans l’espace numérique en hausse pendant la pandémie


Fourni par La Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.La conversation

Citation: L’innovation numérique va dans les deux sens : la répression augmente, la résistance répond (2021, 3 septembre) récupéré le 3 septembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-09-digital-ways-repression-resistance.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire