L'interdiction américaine de Huawei fixée pour un sursis de 90 jours

0
129

On pourrait donner à Huawei un délai supplémentaire de 90 jours pour acheter des composants auprès de fournisseurs américains afin de servir les clients existants de smartphones et de opérateurs de télécommunication.

Un peu plus tôt cette année, le département américain du Commerce a mis le nom du géant chinois du mobile sur une liste noire pour des raisons de sécurité nationale, empêchant les entreprises américaines de traiter avec la société.

Cette décision limitait l'accès de Huawei à des composants importants, au système d'exploitation Android ainsi qu'aux applications Google.

Huawei aux États-Unis

Washington a toutefois laissé une marge de manœuvre, permettant à Huawei de se procurer des technologies auprès de certains fournisseurs afin de servir les opérateurs ruraux américains qui utilisent ses équipements. Ces accords sont sur le point d'expirer et des rapports suggèrent que le gouvernement pourrait prolonger une licence temporaire de trois mois.

L'extension ne s'appliquerait qu'aux produits et transactions existants et Huawei ne pourrait toujours pas acheter de composants pour de nouveaux projets.

Le développement ajouterait une couche d'intrigue supplémentaire à une situation qui évolue rapidement. Le débat sur Huawei a lieu à un moment de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, avec des spéculations selon lesquelles les relations de la société avec les États-Unis pourraient faire partie de tout accord.

Les entreprises de technologie américaines ont fait pression sur le gouvernement américain pour reconsidérer son approche, plusieurs d'entre elles étant susceptibles de perdre d'importants revenus si elles ne pouvaient pas fournir Huawei.

La pression semble avoir porté ses fruits puisque les États-Unis ont confirmé que certains fournisseurs seraient en mesure de traiter avec Huawei – tant qu'il n'y aurait pas de risque pour la sécurité nationale. Il est difficile de savoir quelles catégories de produits sont considérées comme sûres et il convient de souligner que la décision est toujours en vigueur, ce qui signifie qu’elle pourrait être de nouveau appliquée si les négociations commerciales échouaient.

Huawei a constamment nié toute accusation d'actes répréhensibles, tandis que les États-Unis n'ont jamais fourni d'éléments de preuve à l'appui de leurs affirmations selon lesquelles les équipements réseau de la société constituaient une menace pour la sécurité nationale.

Via Reuters

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire