L'UE salue le rythme "rapide et ambitieux" de la taxe numérique

0
76

La commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, déclare que le développement de la taxe numérique a été "rapide"

Un effort international visant à améliorer les géants de la technologie fiscale tels que Google ou Facebook a donné des résultats surprenants, a déclaré jeudi un haut responsable européen.

La commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, qui assumera le rôle de suprématie numérique de l'UE le mois prochain, a fait ses commentaires lors du Web Summit à Lisbonne, une grande conférence européenne sur la haute technologie.

On s’attend à ce que le groupe des plus grandes économies du monde appartenant au G20 scelle une proposition de l’OCDE visant à trouver un accord sur la taxation des géants mondiaux de la technologie d’ici à juin prochain.

Si cet accord est atteint, l’accord aura survécu à une résistance importante, y compris de Washington et de pays à faible imposition tels que l’Irlande ou le Luxembourg, où de grandes technologies ont établi un siège international.

"Habituellement, il n'y a aucune raison d'être optimiste à propos de la fiscalité … mais en matière de taxation numérique, le développement a été rapide et assez ambitieux au niveau de l'OCDE", a déclaré Vestager à la presse.

La proposition "suscite un certain enthousiasme également en dehors de l'Europe", a-t-elle ajouté.

Pour Pascal Saint-Amans, principal négociateur en matière de fiscalité de l'OCDE, "il est difficile de concevoir des changements fondamentaux dans un délai aussi court.

"Mais je pense que c'est faisable car il y a tellement de pression politique que les pays veulent une solution … Le sujet est extrêmement politique, les gens ne veulent plus attendre", a déclaré Saint-Amans à l'AFP à Lisbonne.

La ruée vers la recherche d'une solution est devenue urgente lorsque l'indignation publique a éclaté face au transfert de bénéfices par les multinationales, ce qui selon les critiques priverait les gouvernements de leur juste part des recettes fiscales.

Les géants de la technologie aux profits énormes sont accusés d’éviter les impôts dans les pays d’où ils transfèrent d’énormes gains aux pays à faibles impôts.

L’Irlande, appuyée par la Suède et le Danemark, a torpillé l’année dernière un effort de l’UE visant à élaborer une taxe numérique européenne, affirmant que la solution la plus large proposée par l’OCDE était la meilleure.

La proposition de l'OCDE – négociée par 134 pays – impliquerait de réaffecter certains bénéfices et certains droits d'imposition vers des pays où les géants du numérique font des affaires, quel que soit leur siège.

Les nouvelles règles signifieraient que ces sociétés seraient taxées là où elles exercent des activités significatives même si elles n'y sont pas physiquement présentes – une réalité croissante à l'ère numérique.

De nombreux pays ont proposé leur propre taxe, mais la France a fait le plus de bruit en mettant en place la sienne, ce qui a poussé le président américain Donald Trump à menacer de représailles avec des droits de douane sur les vins français.


Les États-Unis, la France et l'OCDE se "rapprochent" de l'accord sur la technologie: Mnuchin


© 2019 AFP

Citation:
                                                 L'UE salue le rythme «rapide et ambitieux» de la taxe numérique (7 novembre 2019)
                                                 récupéré le 7 novembre 2019
                                                 sur https://techxplore.com/news/2019-11-eu-hails-fast-ambitious-pace.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Mis à part toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucun
                                            partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire