Avec de nouveaux outils, Facebook vise à éviter la répétition du fiasco électoral

0
16

Facebook a pris une série de mesures pour protéger le formulaire de plate-forme sociale utilisé à des fins de manipulation et de désinformation lors des élections américaines du 3 novembre.

Facebook utilise ses vastes ressources pour aider à protéger les élections de 2020 contre le type d’efforts massifs de manipulation et de désinformation sur lesquels la plateforme n’a pas réussi à agir en 2016.

Les mesures viennent avec Facebook qui a reçu de vives critiques du scandale Cambridge Analytica dans lequel le cabinet de conseil britannique a détourné les données personnelles de dizaines de millions d’Américains pour aider la campagne de Donald Trump et pour avoir permis des campagnes d’influence étrangères, y compris de Russie il y a quatre ans.

Voici quelques-unes des mesures prises par Facebook pour éviter une répétition du fiasco de 2016 et pour fournir des informations faisant autorité:

Participation des électeurs

Après avoir été accusé d’avoir permis des efforts de «suppression des électeurs» en 2016, Facebook s’est fixé pour objectif d’aider à inscrire au moins quatre millions d’électeurs cette année et a déclaré lundi qu’il dépassait ce chiffre avec 4,4 millions d’inscriptions.

Le réseau social utilisé par plus de 200 millions d’Américains envoie des rappels aux flux des gens et offre des liens sur comment et où voter.

Il supprime également les publications qui cherchent à décourager d’aller aux urnes ou de diffuser de fausses informations telles que le fait que les centres de vote sont à risque pour les infections à coronavirus.

Facebook s’est également engagé à supprimer les messages qui cherchaient à intimider les électeurs et a retiré une vidéo de Donald Trump Jr. appelant à une «armée» de volontaires pour protéger les bureaux de vote.

Désinformation

Facebook a beaucoup investi dans l’élimination des fausses informations qui pourraient avoir un impact sur le vote.

Il a des partenariats de vérification des faits avec des dizaines d’organisations de médias, y compris l’AFP, ce qui peut aboutir à un étiquetage de la publication ou à une limite quant à sa capacité à être partagée.

Facebook a également décidé de mettre des étiquettes sur les groupes de médias qui sont contrôlés par l’État, à la fois financièrement et éditorialement, et d’empêcher ces organisations de publier des publicités ciblant les Américains.

Le co-fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a été appelé devant les législateurs en 2028 pour répondre aux questions sur les informations personnelles des utilisateurs

Le co-fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a été convoqué devant les législateurs en 2028 pour répondre aux questions sur les informations personnelles des utilisateurs récoltées par Cambridge Analytica, un cabinet de conseil politique britannique lié à la campagne Trump.

Manipulation

Facebook lutte depuis des mois contre ce qu’il appelle “un comportement coordonné inauthentique” ou contre ceux qui utilisent des comptes faux ou déguisés pour répandre de la désinformation politique.

Beaucoup de ces campagnes d’influence ont été menées à l’étranger, notamment en Russie et en Iran. Mais un groupe basé au pays utilisant de faux comptes pour faire l’éloge de Trump a récemment été interdit dans le cadre de la dernière répression de la plate-forme contre la tromperie orchestrée.

Facebook et d’autres plateformes sont à l’affût d’opérations potentielles de «piratage et fuite» qui pourraient être utilisées pour diffuser de fausses informations sur un candidat. À cette fin, il a interdit de nouvelles publicités politiques une semaine avant les élections du 3 novembre.

Et il a pris des mesures pour améliorer la sécurité des comptes des candidats politiques afin de se prémunir contre une prise de contrôle par de mauvais acteurs.

Scénarios du jour du scrutin

Facebook a également développé des plans d’urgence en cas de résultat électoral contesté et de potentiel d’agitation.

Il a interdit les publicités politiques après la clôture des sondages le jour du scrutin.

Tout message déclarant prématurément un gagnant ou contestant le décompte sera étiqueté avec des informations fiables provenant des organes de presse et des responsables électoraux.

“Si un candidat ou un parti déclare une victoire prématurée avant qu’une course ne soit déclenchée par les grands médias, nous ajouterons des informations plus spécifiques dans les notifications que le décompte est toujours en cours et qu’aucun vainqueur n’a été déterminé”, a déclaré le vice-président de l’intégrité Guy Rosen.

Nick Clegg, un ancien vice-Premier ministre britannique qui est le chef des affaires mondiales de Facebook, a déclaré que la principale plate-forme de médias sociaux pourrait prendre des mesures exceptionnelles pour “restreindre la circulation du contenu” en cas de troubles.

“Nous avons agi de manière agressive dans d’autres parties du monde où nous pensons qu’il existe une réelle instabilité civique et nous avons évidemment les outils pour le faire”, a déclaré Clegg dans une interview publiée mardi dans le Financial Times, dans des commentaires confirmés par l’AFP.

Les commentaires sont conformes aux rapports antérieurs selon lesquels Facebook pourrait déployer un “kill switch” pour contrecarrer la propagation de la désinformation en cas de différend sur les résultats des élections américaines.


Facebook suspendra les publicités politiques à la fin du jour des élections américaines


© 2020 AFP

Citation: Avec de nouveaux outils, Facebook vise à éviter la répétition du fiasco des élections (27 octobre 2020) récupéré le 29 octobre 2020 sur https://techxplore.com/news/2020-10-tools-facebook-aims-election-fiasco.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire