Facebook demande des conseils juridiques sur son accord avec Jio Platforms

0
8

Le géant des médias sociaux Facebook cherche un avis juridique sur son investissement dans Jio Platforms afin que l'accord ne soit pas contraire à l'investissement étranger direct (IDE) de l'Inde vers les pays voisins, en particulier la Chine.

Facebook veut s'assurer que l'accord de 5,7 milliards de dollars, pour lequel tout le travail de spadwork est effectué, est conforme à la politique de l'Inde en matière d'investissement étranger direct (IED), qui comporte une mise en garde concernant les investissements d'entreprises qui ont des investisseurs en provenance de Chine et d'autres pays voisins. .

Et Facebook, bien que enregistré et ayant son siège social en Amérique, a des parties prenantes de Chine et de Hong Kong, y compris des fonds spéculatifs et des institutions financières.

Selon un rapport en Norme commerciale, Facebook a recherché quatre sociétés de conseil pour le guider à travers le labyrinthe juridique sur l'accord avec Jio Platforms.

Les quatre cabinets de conseil mentionnés dans le rapport sont PriceWaterhouseCoopers (PwC), Ernst & Young (E&Y), Deloitte et KPMG.

Le facteur Chine

Bien que l'escarmouche frontalière entre l'Inde et la Chine n'ait pu se produire que ce mois-ci, beaucoup de choses avaient mal tourné entre les deux depuis un certain temps maintenant.

L'Inde regarde la Chine avec suspicion et s'inquiète des «acquisitions oppurtunistes» de sa part. En avril de cette année, l'Inde a modifié ses directives en matière d'IDE et a rendu obligatoire pour les investissements en provenance de Chine, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Myanmar (tous les pays voisins de l'Inde) de passer par la voie gouvernementale et non par l'approbation automatique.

Les experts disent que la décision du Département de la promotion de l'industrie et du commerce intérieur (DPIIT) visait à empêcher les rachats ou acquisitions opportunistes d'entreprises et de startups indiennes par des investisseurs et des sociétés chinoises.

Les nouvelles règles s'appliquent également au «transfert de propriété» de tout IED existant ou futur dans une entité en Inde, directement ou indirectement.

C'est là que Facebook veut apparemment être doublement sûr.

Pour mémoire, deux des éminents investisseurs chinois en Inde sont – Alibaba et Tencent, qui ont des participations dans les licornes indiennes telles que Paytm, Zomato, Bigbasket, Hike, Flipkart, MX Player, BYJU’s et autres.

La responsabilité de Facebook

Les règles en Inde indiquent clairement qu'en cas d'IDE, toutes les approbations doivent être prises par les entreprises qui investissent.

Cela signifie, bien sûr, que Facebook doit dissiper les doutes éventuels qui pourraient surgir dans l'esprit des autorités indiennes.

Facebook doit obtenir le feu vert des ministères en ce qui concerne la composante chinoise dans sa structure de capitaux propres.

L'accord Facebook-Jio Platforms, même s'il a fait la une des journaux à travers le monde, fait également l'objet de controverses.

La Commission de la concurrence de l'Inde (CCI) enquêterait apparemment sur l'accord gargantuesque.

En outre, une poignée de startups indiennes est censée s'opposer légalement à un accord invoquant des problèmes de confidentialité des données et de monopole de la concurrence.

Facebook, pour sa part, a déjà formé une société distincte "Jaadhu Holdings", sa filiale enregistrée dans le Delaware, qui se concentrera sur les affaires avec Jio Platforms.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire