Facebook “ profite de la haine ”, déclare un ancien ingénieur qui n’en pouvait plus

0
13

Un ingénieur de Facebook a révélé qu’ils avaient quitté le réseau social parce qu’ils pensaient que l’entreprise “ profitait de la haine ”.

Ashok Chandwaney, qui a passé plus de cinq ans chez Facebook, a déclaré qu’ils partaient parce qu’ils ne pouvaient “ plus supporter ” de contribuer à l’entreprise.

Dans une longue lettre de départ publiée sur le réseau interne de Facebook, Chandwaney a cherché à étayer les affirmations avec un certain nombre de liens décrivant l’inaction «étonnante» de Facebook dans le traitement des discours de haine sur la plate-forme.

«J’arrête parce que je ne peux plus supporter de contribuer à une organisation qui profite de la haine aux États-Unis et dans le monde», ont-ils écrit (via le Washington Post).

Chandwaney a déclaré que Facebook avait tardé à mettre en œuvre les recommandations des militants des droits civiques et soupçonnait qu’un audit interne sur la question «était destiné à être une stratégie de détournement des relations publiques». Ils ont critiqué l’inaction de Facebook sur la question de la détermination du nationalisme blanc comme discours de haine, tout en continuant à autoriser la publicité discriminatoire et la diffusion délibérée de désinformation de la part de l’extrême droite américaine.

Ils ont également affirmé que Facebook avait été «malhonnête» dans sa réponse aux récentes fusillades dans la ville américaine de Kenosha, dans le Wisconsin. La milice qui aurait été impliquée dans la fusillade de manifestants avait discuté de plans visant à «tuer des pillards et des émeutiers» dans un groupe Facebook avant l’événement. À la suite de plaintes, Facebook a initialement autorisé le contenu à rester en place parce qu’il n’allait pas à l’encontre des normes de la communauté, mais a affirmé l’avoir supprimé le lendemain. Un rapport de Buzzfeed a révélé que le groupe de milice avait d’abord supprimé la page elle-même.

“Il est clair pour moi que malgré les meilleurs efforts de beaucoup d’entre nous qui travaillent ici, et des défenseurs extérieurs comme Colour Of Change, Facebook choisit d’être du mauvais côté de l’histoire”, a déclaré Chandwaney.

«C’est votre entreprise maintenant», ajoute Chandwaney à la fin de la lettre, encourageant d’anciens collègues partageant les mêmes idées à tendre la main. «Je sais que je ne suis pas le seul à être contrarié par la volonté de Facebook de profiter de la haine.»

Facebook, en réponse, a nié bénéficier de la prolifération de la haine sur la plateforme. La porte-parole Liz Bourgeois a déclaré: «Nous investissons des milliards de dollars chaque année pour assurer la sécurité de notre communauté et sommes en partenariat étroit avec des experts extérieurs pour revoir et mettre à jour nos politiques.

«Cet été, nous avons lancé une politique de pointe pour lutter contre QAnon, élargi notre programme de vérification des faits et supprimé des millions de messages liés à des organisations haineuses – dont plus de 96% nous avons trouvé avant que quiconque ne nous les rapporte.

Contrairement à d’autres sites, nous examinons attentivement tout ce que nous recommandons, en utilisant des tests standard de l’industrie pour évaluer les produits. Nous vous dirons toujours ce que nous trouvons. Nous pouvons recevoir une commission si vous achetez via nos liens de prix. Dites-nous ce que vous en pensez – envoyez un e-mail à l’éditeur

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire