Connectez-vous avec nous

Smartphones et Tablettes

La FAA révèle exactement ce qu’elle pense que la 5G fera à l’électronique des avions

La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a commencé à fournir à l’industrie du transport aérien des missions « Notice to Air » qui détaillent comment les réseaux 5G pourraient potentiellement affecter les équipements aéronautiques.

La FAA craint que la bande C 5G n’affecte les appareils électroniques sensibles, comme les altimètres, qui reposent sur des fréquences situées entre 4,2 et 4,4 GHz. Ces craintes sont contestées par les opérateurs mobiles qui commenceront dès la semaine prochaine le déploiement commercial de tels réseaux.

Le spectre de la bande C de milieu de gamme offre un compromis entre la portée et les caractéristiques de pénétration intérieure des ondes radio à faible portée et l’énorme capacité offerte par les fréquences à bande élevée. AT&T et Verizon Wireless ont remporté des licences C-Band lors d’une vente aux enchères l’année dernière qui a levé 80 milliards de dollars pour le gouvernement américain.

Tampons aéroportuaires 5G

Reuters indique que plus de 300 avis ont été émis par la FAA, détaillant comment les avions dotés d’altimètres non testés qui doivent être modernisés ou remplacés ne pourront pas effectuer d’atterrissages par faible visibilité dans les aéroports où la 5G alimentée par le spectre «C-Band» a été déployée.

La FAA a reçu des opérateurs des données supplémentaires sur la localisation des émetteurs, ce qui signifie que certains aéronefs pourront toujours atterrir dans des conditions de faible visibilité sur certaines pistes sans restrictions et indique qu’elle prévoit de mettre à jour l’industrie au fur et à mesure qu’elle poursuit ses recherches.

T&T et Verizon Wireless ont convenu de retarder le lancement de leurs services respectifs et d’introduire des mesures qui atténuent tout problème perçu, y compris les zones tampons des aéroports. 50 aéroports, dont New York, Los Angeles, Chicago, Las Vegas, Minneapolis, Detroit, Dallas, Philadelphie, Seattle et Miami sont couverts par les nouvelles restrictions, certains aéroports étant exclus parce qu’ils n’autorisent pas les atterrissages par faible visibilité ou parce que Les tours 5G ne sont pas assez proches pour susciter des inquiétudes.

Les opérateurs mobiles et les organismes de l’industrie affirment qu’il n’y a aucune preuve crédible d’interférence, notant que d’autres pays ont déployé la bande C 5G sans problème et qu’il existe un écart de spectre suffisant entre la bande passante allouée au mobile et à l’aviation. D’autres se sont demandé pourquoi la FAA avait attendu si longtemps avant d’exprimer ses inquiétudes.

Via Reuters

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES