Connectez-vous avec nous

Internet

Le battage médiatique « Metaverse » alimente le marché de l’immobilier numérique en plein essor

Les analystes disent que les terres virtuelles sur des sites Web comme Decentraland fonctionnent déjà comme un atout, tout comme les terres réelles.

L’idée de dépenser des millions sur des terres inexistantes peut sembler ridicule, mais les prédictions fébriles d’un avenir en réalité virtuelle poussent les investisseurs à parier gros sur l’immobilier numérique.

Cette semaine, la société basée à New York Republic Realm a annoncé qu’elle avait dépensé un montant record de 4,3 millions de dollars en terres numériques via The Sandbox, l’un des nombreux sites Web du «monde virtuel» où les gens peuvent socialiser, jouer à des jeux et même assister à des concerts.

Cela fait suite à un achat de terrain de 2,4 millions de dollars fin novembre sur une plate-forme rivale, Decentraland, par la société canadienne de cryptographie Tokens.com. Et quelques jours auparavant, la Barbade avait annoncé son intention d’ouvrir une « ambassade métaverse » dans le Decentraland.

De tels sites Web se présentent comme un prototype du métaverse, un futur Internet où les expériences en ligne comme discuter avec un ami finiraient par se sentir face à face grâce aux casques de réalité virtuelle (VR).

« Metaverse » est un mot à la mode dans la Silicon Valley depuis des mois, mais l’intérêt a monté en flèche en octobre après que la société mère de Facebook s’est rebaptisée « Meta » alors qu’elle se concentre sur la réalité virtuelle.

Le changement de marque de Facebook « a introduit le terme » métaverse « à des millions de personnes beaucoup plus rapidement que je ne l’aurais imaginé », a déclaré Cathy Hackl, consultante en technologie qui conseille les entreprises sur l’entrée dans le métaverse.

Selon le site de données cryptographiques Dapp, des terrains d’une valeur de plus de 100 millions de dollars ont été vendus la semaine dernière sur les quatre plus grands sites de métaverse, The Sandbox, Decentraland, CryptoVoxels et Somnium Space.

Pour Hackl, il n’est pas surprenant que le marché soit en plein essor, engendrant tout un écosystème autour de l’immobilier virtuel, des loyers aux aménageurs.

« Nous essayons de traduire la façon dont nous comprenons les biens physiques dans le monde virtuel », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Et même s’il faudra peut-être un certain temps avant que ces sites fonctionnent comme de véritables métavers, nous transportant ailleurs avec des lunettes de réalité virtuelle, la terre numérique fonctionne déjà comme un atout tout comme la terre réelle, a déclaré Hackl.

« Ils peuvent construire dessus, ils peuvent le louer, ils peuvent le vendre », a-t-elle déclaré.

Les passionnés disent que le métaverse permettrait éventuellement aux expériences en ligne, comme rencontrer un ami, de se sentir face à face grâce à v

Les passionnés disent que le métavers permettrait à terme aux expériences en ligne, comme rencontrer un ami, de se sentir face à face grâce aux casques de réalité virtuelle.

« Cinquième avenue du métavers »

Tokens.com a acheté un patch de choix dans le quartier Fashion Street de Decentraland, que la plate-forme espère développer comme un foyer pour les magasins virtuels des marques de luxe.

« Si je n’avais pas fait les recherches et compris qu’il s’agit d’une propriété de valeur, cela semblerait absolument fou », a admis Andrew Kiguel, PDG de Tokens.com.

Kiguel a passé 20 ans en tant que banquier d’investissement spécialisé dans l’immobilier. Il insiste sur le fait que l’intrigue Decentraland a exactement le même sens commercial que dans le monde réel : c’est dans un quartier branché à forte fréquentation.

« C’est un espace publicitaire et événementiel où les gens vont se rassembler », a-t-il expliqué, soulignant un récent festival musical virtuel à Decentraland qui a attiré 50 000 visiteurs.

Les marques de luxe s’aventurent déjà dans le métaverse – un sac à main Gucci vendu sur la plate-forme Roblox en mai pour plus que la version réelle – et Kiguel espère que Fashion Street deviendra une destination de shopping semblable à la Cinquième Avenue de New York.

Quant à la façon dont le terrain pourrait être utilisé pour gagner de l’argent, « cela peut être aussi simple que d’avoir un panneau d’affichage, ou cela peut être aussi complexe que d’avoir une devanture de magasin avec un employé réel », a-t-il déclaré.

« Vous pouvez entrer avec votre avatar et avoir des représentations numériques 3D d’une chaussure que vous pouvez tenir et poser des questions. »

Second Life, redémarré

Déjà en 2006, un promoteur immobilier avait fait la une des journaux après avoir gagné 1 million de dollars avec un terrain vendu sur le site du monde virtuel Second Life.

Le chef de Facebook, Mark Zuckerberg, est devenu l'un des principaux partisans du métaverse, renommant la société mère en Meta

Le chef de Facebook, Mark Zuckerberg, est devenu l’un des principaux partisans du métaverse, renommant la société mère en Meta.

Alors que Second Life reste actif, les partisans de ses rivaux de nouvelle génération soulignent une différence clé.

Dans Decentraland, tout, de la terre à l’œuvre d’art virtuelle, se présente sous la forme d’un jeton non fongible, ou NFT.

Certaines personnes ont dépensé des dizaines de milliers de dollars pour ces articles numériques, et le concept a suscité autant le scepticisme que l’enthousiasme.

Mais Kiguel prédit que cette forme de propriété numérique se généralisera dans les années à venir, car la technologie blockchain qui la sous-tend crée la confiance et la transparence lors des transactions.

« Je peux voir l’historique de la propriété, ce qui a été payé pour cela et comment cela a été transféré », a-t-il déclaré.

Mais l’investissement n’est pas sans risques, en particulier compte tenu de la volatilité des crypto-monnaies utilisées pour acheter des NFT.

Et tandis que les concerts virtuels sur des sites comme Roblox et Fortnite ont attiré des dizaines de millions de téléspectateurs, les rares données disponibles suggèrent que le trafic sur des métavers comme Decentraland est loin derrière celui des sites de médias sociaux établis comme Facebook et Instagram.

En fin de compte, la valeur des investissements fonciers dépend du fait que les gens commencent à affluer vers ces sites.

« Je sais que tout cela semble assez ridicule », a déclaré Kiguel. « Mais il y a une vision derrière ça. »


Visas virtuels : la Barbade annonce l’ouverture de la première ambassade du « métaverse »


© 2021 AFP

Citation: Le battage médiatique ‘Metaverse’ alimente le marché immobilier numérique en plein essor (2021, 5 décembre) récupéré le 5 décembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-12-metaverse-hype-fuels-booming-digital.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES