Connectez-vous avec nous

Musique et Audio

Les cours en ligne dus à Covid-19 rencontrent de nombreux obstacles

Le verrouillage dû au coronavirus a évidemment eu un impact majeur sur l'enseignement scolaire et collégial. Avec leur horaire régulier considérablement perturbé, les écoles et les collèges ont essayé de recourir à des outils en ligne pour dispenser l'éducation.

Mais malheureusement, à en juger par les commentaires des étudiants et des enseignants de l'Inde, le résultat est loin d'être encourageant.

De nombreuses personnes issues d'universités universitaires que TechRadar India a contactées par téléphone ont exprimé leur inquiétude quant au fait que certains étudiants soient laissés pour compte en raison de contraintes dans l'infrastructure.

Certaines inquiétudes sont bien connues, comme l’absence d’ordinateurs portables et de WiFi empêchant l’élève de participer en ligne. Les étudiants qui n'ont pas accès aux imprimantes sont confrontés à d'autres défis.

"De toute évidence, la technologie et les outils technologiques d'apprentissage ne sont pas la force égalisatrice que certains d'entre nous avaient imaginé pouvoir être", a déclaré un professeur sous couvert d'anonymat. "Mes cours ont été des désastres car la participation des étudiants est de travers. Seuls ceux qui ont de meilleurs outils et équipements sont capables de bien performer. Et c'est une tragédie", ajoute-t-elle.

La pénétration d'Internet est un problème

Même aux États-Unis, l'éducation en ligne ou la «technologie de pointe» n'a pas exactement démocratisé le processus d'apprentissage à travers le spectre socio-économique. Les salles de classe vidéo et autres aides technologiques – Bill Gates a affirmé un jour que ces outils «révolutionneraient la salle de classe» – n'ont pas fourni les résultats escomptés.

En Inde, les experts s'interrogent sur la portée des e-classes étant donné que (conformément aux Telecom Statistics 2018 publiées par l'Economics Research Unit de l'University of Telecom's Economics Research Unit), la base d'abonnés Internet s'élevait à 483,96 millions. Cela se traduit par 84,74 pour 100 habitants dans l'Inde urbaine et 16,42 pour 100 habitations rurales. Avec ces chiffres, il est impossible d'assurer une expérience d'apprentissage égale pour tous à travers le spectre.

Si la technologie insuffle une différence, il y a aussi d'autres problèmes difficiles à résoudre. Un enseignant de Bangalore a déclaré à cet auteur que l'environnement familial provoquait ses propres distractions. "La perte de l'enseignement en personne pour les élèves ayant des troubles d'apprentissage est un autre sujet de préoccupation."

Internet est encore inaccessible pour de nombreux étudiants handicapés, et les plateformes éducatives peuvent également être exclusives. Les enfants souffrant de troubles d'apprentissage comme la dyslexie peuvent manquer car les classes entièrement éloignées réduisent les conseils individuels.

Manoj Dixit, vice-chancelier de l'Université Ram Manohar Lohia Avadh (Faizabad) a été cité dans les médias comme «Bien qu'il s'agisse d'une réponse immédiate face à une crise, l'apprentissage numérique en tant qu'outil est fondamentalement défectueux. Dans les phases initiales, un certain niveau de curiosité et d'excitation pourrait attirer les étudiants, mais ses avantages à long terme ont été remis en question même dans les pays les plus développés du monde. »

Qui formera le formateur?

Un autre sujet de préoccupation est que la plupart des enseignants et professeurs eux-mêmes n'ont pas reçu de formation sur le processus de formation par le biais d'outils en ligne. Par conséquent, leur efficacité est généralement inégale. Beaucoup de vieux professeurs ont eu du mal à s’adapter au nouveau schéma des choses.

"La sélection des professeurs devrait être progressivement liée à la convivialité technologique et à la volonté d'adopter la technologie. De même, les paramètres d'accréditation et les critères doivent être réexaminés. Toutes ces étapes contribueront à renforcer l'infrastructure d'apprentissage numérique du pays à long terme", a déclaré le Dr Ashwini Kumar Sharma, chancelier professionnel. , Université Vijaybhoomi et ancienne DG, NIELIT, Govt of India.

Mais tout le monde couvre ses paris. Ils croient que les e-écoles seront l'avenir. Mais le moment est trop chargé pour faire des plans concrets et mettre en marche tous les processus. Comme l’a dit un enseignant, «il est difficile de créer un plan durable sans savoir ce que l’avenir nous réserve».

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES