Les jeunes et les utilisateurs de plates-formes de médias sociaux de niche sont plus susceptibles de partager la désinformation COVID-19, selon une étude

0
41

Crédits: CC0 Public Domain

La désinformation COVID-19 est plus susceptible d'être partagée par les jeunes et ceux qui utilisent des canaux de médias sociaux plus petits, montre la recherche.

Des universitaires de l'Institut de recherche sur la criminalité et la sécurité de l'Université de Cardiff ont enquêté sur l'exposition du public britannique à la désinformation au cours des premières semaines du verrouillage.

La moitié (51%) des personnes interrogées ont déclaré avoir vu de la désinformation ou de fausses nouvelles au sujet de la pandémie au cours du mois dernier et de ce groupe, 79% étaient d'accord pour voir des fausses histoires plus régulièrement maintenant que par le passé. Une proportion importante (12%) a également déclaré avoir partagé la désinformation sur les coronavirus avec d'autres au cours du mois dernier.

Plus d'un quart (28%) de ceux qui avaient partagé la désinformation avaient entre 18 et 29 ans et un quart (25%) entre 30 et 39 ans, contre 15% des 40-49 ans et 15% des 50- 59. Une proportion encore plus faible de personnes âgées de 60 à 69 ans et de 70 ans et plus (9% et 7% respectivement) ont déclaré avoir partagé de fausses histoires.

Facebook avait la plus faible proportion d'utilisateurs quotidiens qui ont admis avoir partagé la désinformation (14%) intentionnellement ou non, suivie par Instagram (18%) et Twitter (20%). C'était en comparaison avec les utilisateurs quotidiens de VK (44%) Weibo (37%), OK (36%), Linked-In (34%), TikTok (33%) et Tumblr (30%).

Le professeur Kate Daunt, qui a dirigé l'étude, a déclaré: «Nos recherches menées au début du verrouillage de COVID-19 montrent l'étendue inquiétante de la désinformation pendant cette pandémie. Plus de la moitié des personnes interrogées ont identifié de fausses informations en ligne concernant COVID-19 , et il est probable que parmi les 49% restants, un grand nombre de personnes ont été exposées à de fausses histoires sans s'en rendre compte. Près de quatre personnes sur cinq ont déclaré avoir vu plus de désinformation aujourd'hui que par le passé. "

"Il y a eu beaucoup de discussions sur les responsabilités des médias sociaux traditionnels tels que Facebook et Twitter dans la lutte contre les fausses nouvelles. Mais nos recherches démontrent que cette approche peut être trop simpliste.

"Nous pensons que certaines personnes peuvent partager du contenu pour appeler des inexactitudes. Mais en raison du fonctionnement des algorithmes de la plate-forme de médias sociaux, cela a peut-être réussi à donner à la désinformation COVID-19 plus de crédibilité et d'importance."

La désinformation est décrite comme une tentative délibérée d'induire en erreur en fournissant aux gens des informations fausses, trompeuses ou fausses.

La recherche a également montré que si plus de la moitié de l'échantillon était d'accord pour dire que "le gouvernement fait ce qui est juste", une proportion plus élevée qui avait vu de fausses informations concernant COVID-19 n'était pas d'accord avec cette déclaration. Les répondants qui avaient vu et partagé de fausses nouvelles sur le coronavirus étaient également plus susceptibles de croire que la désinformation avait un impact "dans une large mesure" sur la confiance dans les scientifiques et les experts.

Le professeur Daunt a ajouté: "La désinformation risque de nuire à la confiance et de créer de la confusion à un moment où les gens recherchent la clarté. Avec des restrictions sur notre mode de vie qui devraient continuer pendant des mois à venir, une compréhension plus approfondie de la façon dont les fausses nouvelles se propagent sur plusieurs plates-formes va être vitale pour garantir que les messages exacts de santé publique ne se perdent pas. "

L'étude, qui fait partie d'un projet de recherche plus large couvrant 12 pays, a impliqué des enquêtes auprès de 722 citoyens britanniques entre le 21 mars et le 5 avril de cette année à l'aide d'une plateforme en ligne. Les questions couvraient un large éventail de sujets, notamment la sensibilisation et les attitudes à l'égard de la désinformation dans les médias; vues nationales et mondiales; utilisation des médias sociaux; informations démographiques.


Q&A avec Kathleen Carley sur la propagation de la désinformation des coronavirus


Fourni par
Université de Cardiff


Citation:
Les jeunes et les utilisateurs de plates-formes de médias sociaux de niche sont plus susceptibles de partager la désinformation COVID-19, selon une étude (2020, 4 juin)
récupéré le 6 juin 2020
sur https://techxplore.com/news/2020-06-younger-people-users-niche-social.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Hormis toute utilisation équitable aux fins d'études ou de recherches privées, aucune
une partie peut être reproduite sans l'autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire