L'UE donne plus de pouvoirs politiques au commissaire à la concurrence

0
106

La commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager, s'est vu confier un nouveau mandat de cinq ans par l'Union européenne, avec un mandat élargi pour la politique et la réglementation numériques.

La présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a distribué les portefeuilles à la désignation de commissaire de chaque État membre de l'UE. Parallèlement au rôle actuel de Verstager, l'ancien vice-Premier ministre danois est devenue vice-présidente exécutive du numérique.

Concours de l'UE

Cela signifie qu'elle sera responsable de la formulation des politiques en matière de cybersécurité, de fiscalité et de protection de la vie privée – des domaines susceptibles de la placer en conflit avec des personnalités politiques telles que Donald Trump et certaines des plus grandes sociétés de technologie et de télécommunication du monde.

La première a acquis une formidable réputation ces dernières années grâce à sa volonté de s'attaquer aux géants américains de la technologie et à leurs prétendues tactiques anticoncurrentielles.

Plus tôt cette année, la CE a infligé une amende de 1,49 milliard d'euros à Google pour ses pratiques publicitaires, tandis que le gouvernement irlandais avait reçu l'ordre de percevoir jusqu'à 14 milliards d'euros d'impôts impayés à Apple. La commission a allégué que les taux avantageux appliqués par Apple équivalaient à une aide d’État.

Qualcomm et Broadcom ont également fait l’objet d’une enquête pour infractions présumées aux règles antitrust.

Verstager a également joué un rôle dans l'échec de la fusion entre O2 et Three en 2016. La CE a bloqué la transaction, arguant que la réduction de deux opérateurs de téléphonie mobile augmenterait les prix et réduirait l'innovation du réseau.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire