Connectez-vous avec nous

Internet

Qui fait un zoom sur qui? Comment la crise des coronavirus met enfin le «social» dans les réseaux sociaux

La pandémie de coronavirus a conduit de nombreuses personnes à utiliser les médias sociaux de manière plus positive, y compris les plateformes de vidéoconférence comme Zoom. Crédits: Shutterstock

La plateforme de nos vies sur les applications de médias sociaux – comme Facebook, Instagram et Twitter – est généralement critiquée. On nous dit que les technologies interactives, comme les jeux vidéo et les médias sociaux, nous rendent anti-sociaux. Maintenant, à la suite des efforts de distanciation sociale en réponse à la pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux en ligne et les plateformes de vidéoconférence comme Zoom redéfinissent ce que signifie être social grâce à nos technologies.

Dans une situation loin d'être idéale, la plateforme de conférence Zoom est devenue un élément central de la vie quotidienne de nombreuses personnes pendant la crise. La mise en quarantaine nous a obligés à déplacer nos réunions sociales en ligne; les conversations avec des amis et la famille sont devenues pratiquement possibles au cours du dernier mois grâce aux nouveaux médias. Ma famille, comme beaucoup d'autres, a participé à un seder Zoom Passover cette année.

Les applications de partage de vidéos comme TikTok nous aident également à soulager l'ennui. Les défis de danse de la plateforme et les mèmes de synchronisation labiale procurent un sentiment de plaisir et de soulagement comique.

Les réseaux de médias sociaux et les plates-formes de conférence compensent peut-être la perte de vie sociale en temps de crise, mais nous obtenons peut-être plus que ce que nous avions négocié.

Travail à distance

Le travail à domicile et le retour au travail font désormais partie de la routine de nombreux cols blancs: la vie professionnelle et la vie familiale se confondent.

Il y a quelques semaines, mon fils de cinq ans est entré dans mon bureau à domicile lors d'une réunion Zoom. Ce scénario embarrassant est désormais familier à beaucoup d'entre nous qui travaillent à distance via Zoom ou d'autres plateformes de vidéoconférence. Une heure plus tard, mes deux enfants se sont connectés à leurs propres réunions Zoom pour une session de télé-enseignement.

L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée était déjà assez difficile avant la crise. Aujourd'hui, les médias sociaux allient vie privée et travail. Pour les parents et les soignants, l'extension du bureau dans un espace personnel peut être une cause supplémentaire de stress. Sans séparation, nous sommes obligés de tout faire en même temps.

Le double devoir de soin et de travail, ce que les féministes appellent le «double changement», n'est pas nouveau. Mais amener l'espace de bureau à la maison tout en gérant les soins et la crise sanitaire peut être intimidant.

Le zoom peut permettre la vie professionnelle pendant la crise. Mais est-ce vraiment la meilleure façon d'utiliser nos technologies sociales et nos médias? Peut-être que cette situation nous donne l'occasion de voir les problèmes de notre culture différemment à travers le prisme de la technologie sociale.

Médias anti-sociaux?

L'isolement social a peut-être changé la façon dont nous interagissons en ligne, mais les appréhensions concernant les médias sociaux et d'autres technologies et plateformes d'interaction sociale basées sur le cloud sont justifiées. Non seulement nous craignons les effets antisociaux des médias sociaux, mais beaucoup d'entre nous sont également préoccupés par la surveillance, la manipulation et la pêche à la traîne en ligne.





Le zoom n'est pas non plus exempt de ce type de craintes pour la sécurité. Comme les autres technologies basées sur le cloud, Zoom n'est pas à l'abri de la menace de l'exploration et de la surveillance des données, même à partir d'autres plateformes.

L'utilisation des technologies sociales comme bouée de sauvetage pendant la crise actuelle nous aide à voir au-delà des aspects antisociaux de la technologie. En regardant au-delà de l'interface, nous devrions interroger le comportement antisocial en ligne moins comme un problème avec la technologie et plus comme ayant à voir avec la culture plus large du capitalisme néolibéral.

Comme tous les médias, les plateformes amplifient les conditions sociales, politiques et économiques dans lesquelles elles sont utilisées. Étant donné que les plateformes d'entreprise profitent de notre utilisation et de nos données, elles ont toutes intérêt à garder notre attention et notre participation active. C'est ce qui rend le data mining, par exemple, essentiel à toutes les plateformes.

Les données sont devenues une ressource de base pour la nouvelle économie du capitalisme du 21e siècle. Et les algorithmes sont conçus pour nous garder branchés, quel que soit le coût émotionnel.

Comme le disent les spécialistes des médias critiques depuis des années, si le produit est gratuit, il est probable que le produit soit vous.

Les chercheurs pointent vers le «capitalisme communicatif» ou le «capitalisme de plateforme» pour identifier les aspects nuisibles des plateformes et des médias sociaux. Les plateformes s'appuient sur le contenu généré par les utilisateurs et l'exploration de données dans le cadre de leurs modèles de profit.

Comme les médias d'information traditionnels et les technologies de communication, l'agglomération de plates-formes risque de limiter la liberté de l'information et la démocratie des médias. Déjà, Zoom semble avoir accaparé le marché des plates-formes de vidéoconférence.

Le contexte d'utilisation des technologies sociales lors de la crise des coronavirus devrait donc nous obliger à nous interroger sur l'avenir de nos médias. Les plateformes comme Zoom nous aideront-elles à améliorer nos relations sociales et le bien public, ou feront-elles davantage pour amplifier les besoins du capitalisme de plateforme et néolibéral?

Médias sociaux et culture publique

Dans le contexte de la crise COVID-19, nous voyons à quel point les plateformes de réseaux sociaux et les technologies de communication en ligne sont devenues essentielles pour notre vie sociale. En même temps, ces technologies étendent et intègrent le travail à la maison.

Peut-on imaginer des réseaux de médias sociaux et des applications conçus pour le bien public? À quoi cela pourrait-il ressembler si nous supprimions les plates-formes et le cadre social de l'entreprise? Peut-être un social des médias à la hauteur de son nom.

Étant donné la façon dont nous utilisons les technologies et les plateformes sociales pour maintenir notre vie sociale pendant la crise, nous devons reconsidérer nos relations avec la technologie. Peut-être que les technologies et les médias sociaux ne nous rendent pas anti-sociaux, après tout, et la cause du problème réside dans une culture qui priorise le profit sur les gens.


Des experts discutent des médias sociaux et de COVID-19


Fourni par
                                                                                                    La conversation


Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l'article original.La conversation "width =" 1 "height =" 1

Citation:
                                                 Qui fait un zoom sur qui? Comment la crise des coronavirus met enfin le «social» dans les réseaux sociaux (2020, 20 avril)
                                                 récupéré le 20 avril 2020
                                                 depuis https://techxplore.com/news/2020-04-coronavirus-crisis-social-media.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Hormis toute utilisation équitable aux fins d'études ou de recherches privées, aucun
                                            une partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES