Test de l’Asus P7H55D-M EVO | Avis de confiance

0
16
  • ALTREX Echelle 3,85m Origine - Altrex
    Test et avis échelle Altrex 3,85 mètres Informations techniques: La nouvelle échelle de chantier Atlas (simple) est spécialement conçue pour les diverses activités de chantier. L'échelle en aluminium blanc est légère, possède un profilé en I et convient à un usage professionnel intensif. Les larges échelons en D (37 mm) donnent un soutien supplémentaire aux pieds permettant de travailler dans une position confortable. Poids : 6 Hauteur de travail max. (m) : 3,85 Nombre des barreaux : 1 x 10 Hauteur min. (mm) : 2900 Longueur rangé : 2.9 m
  • Vegas, Sex & Secrets

Après avoir examiné pas mal de solutions AMD micro-ATX de milieu de gamme récemment, y compris l’excellent Gigabyte MA785GMT-UD2H et le plus récent Asus M4A75TD-M EVO, nous avons pensé qu’il était temps de vérifier une petite carte Intel pour ceux qui ne le font pas. besoin (ou ne peut pas se permettre) les fonctionnalités hardcore du ROG Maximus III Gene. L’Asus P7H55D-M EVO est un candidat idéal pour un PC petit et silencieux, car il arbore le nouveau chipset H55 d’Intel qui prend en charge les nouveaux processeurs de l’entreprise avec carte graphique intégrée. Ne vous laissez pas tromper en pensant que c’est trop bas de gamme, car cette carte offre non seulement quelques fonctionnalités d’overclocking, mais prend même en charge l’USB 3.0.

Tout d’abord, passons en revue les bases. Cette carte s’adapte aux processeurs socket LGA 1156, y compris les processeurs Core i7, Core i5, Core i3 et les nouveaux processeurs Pentium à broches compatibles. Gardez à l’esprit que si vous voulez l’un des Bloomfield Core i7 haut de gamme avec prise en charge de la mémoire triple canal, vous devrez toujours opter pour une carte X58 comme l’EVGA E760 X58 SLI Classified ou le prochain Asus Rampage III Gene.


Pendant ce temps, les sorties graphiques intégrées du P7H55D-M EVO ne fonctionneront qu’avec les nouveaux processeurs Clarkdale dual-core Core i3 ou Core i5 600-series (c’est-à-dire pas avec le Lynnfield Core i5 750 quad-core), car la puce graphique réelle est intégrée dans ces processeurs « bas de gamme » et non la carte elle-même. Tout cela est très déroutant et peu différencié de la part d’Intel, mais lire notre test Intel Core i5 661 devrait aider à clarifier les choses.

Asus inclut un bundle très clairsemé avec cette carte ; juste le strict minimum d’un CD de pilotes, deux câbles SATA noirs (un coudé, un droit), des câbles EIDE noirs, la plaque d’E/S et les rallonges d’en-tête de broche sont fournis. Ce dernier ajout rend le branchement de tous ces câbles de boîtier compliqués beaucoup plus facile, et c’est quelque chose que nous souhaitons que tous les fabricants de cartes mères incluent en standard (bien que certains le fassent pour être honnête).


Visuellement, le P7H55D-M EVO est habillé de la combinaison signature de gris et de bleu sur un PCB noir et marron que nous connaissons et aimons du milieu de gamme d’Asus. Dans l’ensemble, nous dirions que le MSI P55-GD65 l’emporte toujours dans le domaine de l’apparence, mais le P7H55D-M EVO est définitivement une carte attrayante, en particulier avec ses blocs de refroidissement VRM métalliques distinctifs autour du processeur. Malgré leur hauteur, il devrait y avoir beaucoup d’espace pour presque tous les types de glacières.

La mise en page n’est pas aussi propre que celle d’Asus à laquelle nous sommes habitués – d’une part, en raison des ports vidéo d’E/S supplémentaires, c’est un peu plus à l’étroit que sur les cartes basées sur P55 – mais tout est toujours très accessible. Heureusement, il n’y a pas non plus de reliques telles qu’un connecteur de lecteur de disquette occupant un espace précieux. Le seul clin d’œil aux anciens composants est la prise d’alimentation ATX à huit broches qui prend les fiches des anciennes alimentations et a un espace réservé en plastique couvrant quatre trous si vous utilisez un bloc d’alimentation plus récent.


À côté du socket du processeur se trouvent deux en-têtes de ventilateur de processeur et de boîtier à quatre broches, avec un troisième en-tête à trois broches à côté des emplacements de mémoire. Les emplacements de mémoire arborent une fonctionnalité innovante unique aux cartes Asus appelée Q-DIMM, où ils n’ont qu’un fermoir de verrouillage d’un côté, ce qui facilite l’insertion ou le retrait de modules plus que jamais. Le P7H55D-M EVO prend en charge des vitesses de mémoire DDR3 jusqu’à 2133 MHz overclockées, et est livré avec une autre fonctionnalité unique dans son memOK ! bouton. Cela réglera automatiquement n’importe quelle mémoire pour une compatibilité optimale avec la carte et possède sa propre petite LED pour vous avertir si des incompatibilités ou des erreurs sont trouvées.

Au-dessous des emplacements de mémoire se trouvent six ports SATA orientés vers le haut, séparés pour garantir que votre carte graphique n’obscurcira aucun d’entre eux. Il n’y a pas de contrôleurs supplémentaires pour assurer la compatibilité Drive Xpert ou SATA 6 Go/s, bien qu’après avoir examiné ces fonctionnalités dans les cartes mères Sabertooth 55i TUF et P7P55D-E Premium respectivement, nous sommes heureux d’annoncer que ce n’est pas une grande perte. Il existe également un port EIDE coudé, bien que cela devienne de plus en plus redondant.


Trois en-têtes USB 2.0 et un en-tête FireWire se trouvent le long du bord inférieur de la carte mère, bien qu’aucun support d’extension ne soit fourni. Pour accéder aux emplacements pour cartes, le P7H55D-M EVO propose deux emplacements PCIe x1 de chaque côté de l’emplacement PCe x16, bien que l’un d’entre eux soit masqué par une carte graphique double largeur installée. Un seul slot PCI est fourni pour ceux qui ont des cartes plus anciennes.


Bien sûr, comme il n’y a qu’un seul slot x16, vous ne pouvez pas installer une deuxième carte graphique en SLI ou CrossFire, mais si vous êtes dans des configurations haut de gamme, pourquoi envisager une carte basée sur H55 avec des graphiques intégrés en premier lieu ? De plus, nous préférons de loin ce handicap à de nombreuses cartes socket LGA 1156 qui prétendent offrir un support multi-cartes, mais n’ont en réalité qu’un deuxième slot pleine longueur fonctionnant en x4 (ce qui est inutilisable pour tout ce qui approche les graphiques haut de gamme) .

Enfin, pour arriver aux E/S arrière, nous avons une sélection généreuse en raison des sorties vidéo fournies par le chipset H55 d’Intel, qui incluent VGA, DVI et HDMI. L’audio dédié est pris en charge par six prises analogiques et une sortie optique numérique, chacune pouvant vous offrir jusqu’à 8 canaux de son surround (pour les haut-parleurs 7.1), tandis que Gigabit Ethernet est une donnée pour la mise en réseau. Quatre ports USB 2.0 sont reliés par un seul connecteur FireWire, un port eSATA et deux ports USB 3.0 dans leur livrée bleue signature, grâce à un contrôleur NEC D720200.


L’USB 3.0 est un point culminant incontestable de la carte et a beaucoup de sens sur un modèle vaguement destiné à une configuration de cinéma maison, car il permet un accès ultra-rapide au stockage externe pour transférer rapidement des fichiers volumineux tels que des déchirures de DVD. Bien sûr, ce stockage devra être compatible avec la nouvelle norme, vous aurez donc besoin de quelque chose comme le Buffalo DriveStation HD-HXU3.

Bien que le P7H55D-M EVO manque de fonctionnalités matérielles d’overclocking haut de gamme telles que l’alimentation physique, la réinitialisation, le clear-CMOS, la tension ou les boutons turbo que l’on trouve sur ses cousins ​​plus chers, il possède encore quelques fonctionnalités pour les passionnés.


Le plus intelligent d’entre eux est peut-être Turbo Key, qui, plutôt que d’avoir un bouton physique sur la carte, transforme le bouton d’alimentation de votre PC en un… eh bien, un bouton turbo, vous offrant un overclocking instantané du processeur. GPU Boost est cependant largement redondant, car si les graphiques Intel GMA intégrés du H55 sont parfaitement adaptés aux tâches quotidiennes et à la vidéo, même un overclock à 100 % n’en ferait pas une carte de jeu compétente.


Comme toujours, le BIOS d’Asus regorge d’options mais présente généralement une disposition assez intuitive – bien que nous ne comprenions toujours pas pourquoi les profils OC sont cachés sous Tools plutôt que sous Ai Tweaker. Avec les huit profils différents entièrement personnalisables, Ai Tweaker vous offre un excellent contrôle sur l’overclocking, qu’il soit manuel ou automatique.

Les anciens familiers TurboV et Fan Xpert sont également à portée de main. Le premier vous permet d’overclocker dynamiquement le PC à partir de Windows ou de basculer entre plusieurs profils calibrés, tandis que le second évaluera les performances de n’importe quel ventilateur que vous configurez pour voir ses performances et lui attribuer des niveaux de vitesse de ventilateur en conséquence, encore une fois avec des variations profils. Le dernier mais non le moindre parmi les fonctionnalités logicielles est le système d’exploitation « instantané » ExpressGate d’Asus, bien qu’il doive être installé sur votre système plutôt que d’être inclus dans la mémoire flash comme avec les cartes haut de gamme.


Après avoir couvert les bases matérielles et logicielles, il est temps de voir comment cette carte mère se comporte en overclocking. Pour être honnête, cela n’a pas fonctionné aussi bien que nous l’avions espéré. Contrairement à l’autre carte mère Asus la plus récente que nous avons examinée, la ROG Maximus III Gene, la P7H55D-M EVO n’était pas limitée par notre refroidisseur de test en overclocking. En fait, il n’a presque pas réussi à franchir la barrière des 4 GHz, avec même quelques MHz au-dessus de celui de notre Intel Core i5 750 (qui fonctionne à 3,2 GHz) faisant planter l’ensemble du système quelques secondes après l’exécution de quelque chose d’intensif. Ce n’était certainement pas dû à la température du processeur, qui oscillait autour de 70 degrés.

Alors qu’est-ce qu’il nous reste ? Une belle carte grand public avec toutes les fonctionnalités dont vous auriez vraiment besoin, y compris l’USB 3.0, mais souffrant de performances d’overclocking légèrement inférieures à la normale, pour environ 100 £. Si vous ne prévoyez rien de trop extrême, c’est certainement un candidat digne de ce nom. Cependant, la concurrence ne manque pas, avec le Micro-ATX GA-H55M-USB3 de Gigabyte offrant un ensemble de fonctionnalités similaire (avec l’ajout d’une sortie vidéo DisplayPort et d’une économie d’énergie AutoGreen via Bluetooth) pour seulement 90 £. Notre conseil serait d’attendre (si vous le pouvez) plus de cartes Micro-ATX USB 3.0 pour arriver sur le marché.

Verdict


Le P7H55D-M EVO d’Asus offre un design attrayant et évolutif avec la prise en charge de l’USB 3.0, mais son prix légèrement élevé et ses performances d’overclocking relativement médiocres signifient qu’il est en deçà d’une recommandation.

Noter en détail

  • Valeur 7

  • Caractéristiques 8

  • Performance 6

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

  • Universel - Lampe rechargeable
    Test et avis lampe rechargeable résistante à l'eau Caractéristiques techniques : Portée : 400 m Interrupteur pour une luminosité deux fois plus élevée Chargeur intégré Plaque frontale amovible Se compose de : Lampe Sangle épaulière
  • ABYstyle - One Piece - Chapeau de Paille Luffy - Taille L
    100% officiel Dimensions 36x13x36cm Taille adulte Finitions résistantes Un design précis et très fidèle au personnage

Laisser un commentaire