Test du SSD Intel X25-M 80 Go

0
14
  • Intel DISQUE SSD 540s Séries 240Go M.2 80mm SATA III (SSDSCKKW240H6X1) - Intel
    DISQUE SSD INTEL 540s Séries 240Go M.2 80mm SATA III
  • DELL Latitude E6540 - Intel Core i5 4210M - 8 Go - SSD 240 Go - 15,6
    Le DELL Latitude E6540 est l'ordinateur portable le plus sécurisé. Avec son système de chiffrement complet, une authentification renforcée et une protection de pointe contre les programmes malveillants, vous ê...

Depuis que nous avons entendu la nouvelle pour la première fois, nous étions impatients à l’idée qu’Intel se lance sur le marché des SSD. Avec son expertise dans toutes sortes de conception de circuits intégrés et sa capacité de fabrication massive, si quelqu’un pouvait transformer ces périphériques de stockage de masse tant acclamés d’un produit de niche coûteux en un produit vraiment grand public, alors Intel l’était.


Maintenant, enfin, ces lecteurs sont là. Bon en fait ils ne sont pas encore tout à fait disponibles dans les magasins – pour cela il faudra encore attendre quelques mois – mais nous en avons au moins un dans notre bureau pour les tester.


Comme Hugo l’a signalé le jour de leur lancement officiel, la gamme éventuelle comprendra deux gammes de base baptisées E et M. La première sera la gamme phare et performante et sera disponible en versions 32 Go et 64 Go et aura une lecture et une écriture soutenues. des vitesses de 240 Mo/s et 170 Mo/s respectivement. La gamme (M)instream, quant à elle, sera disponible dans des capacités de 80 Go et 160 Go plutôt plus attractives, avec des disques de 1,8 pouces (X18) et 2,5 pouces (X25), mais n’aura « que » des vitesses de lecture de 250 Mo/s et des vitesses d’écriture de 70 Mo/s. Aujourd’hui, nous examinons le 80 Go X25-M.


Pour comprendre les différences entre les deux gammes, nous devons être un peu techniques. Vous voyez, tous les dispositifs de mémoire flash sont basés sur le même bloc de construction de base, le transistor à grille flottante.


Essentiellement, la grille flottante stocke des électrons et c’est le nombre de ces électrons qui détermine la tension de seuil de la cellule. C’est cette tension qui est ensuite mesurée pour déterminer l’état de la cellule. Lorsque la tension de seuil est supérieure à 5,0 V, disons, la cellule est lue comme effacée (oui, c’est l’inverse de ce à quoi vous vous attendriez). En dessous de 5V, la cellule est vue comme étant programmée.


Ce type de mémoire est appelé cellule à niveau unique, car le transistor n’a qu’une seule tension de seuil et ne peut donc stocker qu’un seul bit – la cellule est chargée ou non.

Cependant, il existe un autre type de mémoire flash, appelé Multiple Level Cell (MLC), qui utilise le même transistor de base mais le nombre d’électrons sur la grille flottante, et donc la tension de seuil, peuvent être contrôlés avec plus de précision. En découpant la plage de tension en plusieurs tranches, plus de bits peuvent être stockés dans chaque cellule. Dans certains cas, cela peut aller jusqu’à 3 bits (8 niveaux de tension), mais le plus courant est la cellule 2 bits (quatre niveaux).


Ainsi, la technologie MLC est capable de stocker plus d’informations par cellule que SLC, ce qui se traduit par un coût par mégaoctet inférieur et des visages généralement heureux.


Malheureusement, la mémoire MLC présente un certain nombre d’inconvénients.


Premièrement, la capacité de la grille flottante à stocker des électrons se détériore à chaque fois que le transistor est chargé et déchargé. Finalement, cela conduira à ce que la tension de seuil n’atteigne plus son point de déclenchement, de sorte que la cellule ne sera jamais enregistrée comme étant chargée et la cellule ne stockera pas correctement les données.


Pour les SLC, il faut environ 100 000 cycles de charge/décharge avant que des erreurs ne se produisent, mais comme l’écart des tensions de seuil entre chaque état d’un MLC est beaucoup plus petit, ils ont une tolérance considérablement moindre à la détérioration. Le résultat est que les MLC ne peuvent durer qu’environ 10 000 cycles de charge/décharge avant que les données ne soient corrompues.


De plus, en raison de la manière plus délicate dont la charge doit être contrôlée, la programmation d’un MLC prend plus de temps, ce qui entraîne des vitesses d’écriture lentes pour les dispositifs de mémoire MLC. Il convient donc de noter que les disques E d’Intel utiliseront la mémoire SLC et ses disques M, la mémoire MLC, ce qui explique les performances indiquées à la page précédente.


Ayant vu que chaque cellule ne peut potentiellement durer que 10 000 cycles, je suis sûr que certains d’entre vous sonnent l’alarme. Cependant, ne vous inquiétez pas, car en utilisant des algorithmes sophistiqués de distribution de données et de vérification des erreurs, Intel garantit que ses disques peuvent écrire 100 Go de données par jour pendant cinq ans avant que des erreurs ne se produisent, bien qu’ils ne garantissent les disques que pendant trois ans.


C’est donc la théorie de base des SSD et c’est en grande partie la même chose pour tous les SSD, mais ce qui est vraiment intéressant, c’est l’expertise supplémentaire qu’Intel a apportée à la fête. Alors que la plupart des fabricants de SSD fabriquent simplement la mémoire et achètent une puce de contrôleur (ou dans le cas d’entreprises comme OCZ, ils achètent le tout, l’ajustent et le rebaptisent), Intel a l’expertise pour concevoir et fabriquer chaque aspect de ses SSD à partir de zéro.


Le résultat est la quasi-élimination de l’un des problèmes les plus courants avec les solutions SSD existantes – le contrôleur ne peut tout simplement pas suivre les commandes de lecture et d’écriture qu’il traite. Ce scénario se manifeste par des pauses aléatoires lors de l’exécution de tâches apparemment inoffensives, ce qui peut rendre l’expérience d’utilisation d’un SSD un peu meilleure qu’un disque dur conventionnel.


En utilisant son propre contrôleur ultra-rapide, Intel garantit que ses SSD présenteront toujours cette vivacité qui est la plus grande aubaine des SSD en premier lieu.

En regardant le lecteur lui-même, nous voyons qu’il n’y a pas grand-chose. Sur un bord se trouvent les connecteurs d’alimentation et de données SATA et sur le dessus, il y a toute une série d’informations techniques sur ce qu’il y a à l’intérieur. En dehors de cela, cependant, il n’y a pas grand-chose à dire, alors passons directement aux tests de performance.


À titre de comparaison, nous avons utilisé le Western Digital VelociRaptor, qui est le disque dur grand public le plus rapide actuellement disponible, et le SSD OCZ SATA II 46 Go, qui est le SSD le plus rapide que nous ayons encore testé.


Nous avons commencé nos tests en ajoutant les disques non formatés à notre banc d’essai, puis en exécutant la partie test de lecture de HDTune. Ce programme teste de manière exhaustive les performances de l’ensemble du disque et renvoie un graphique clair et facile à lire qui résume à peu près tout ce que vous pourriez avoir besoin de savoir sur la vitesse brute d’un lecteur. Il existe également un test d’écriture inclus dans HDTune, bien que nous n’ayons eu la chance de le tester que sur le lecteur Intel, nous ne pouvons donc pas comparer les résultats.


Ensuite, nous avons chargé une installation identique de Windows sur chaque lecteur. Nous testons ensuite les vitesses de démarrage, de redémarrage et d’arrêt du système avec chaque lecteur installé. Ensuite, nous exécutons la partie disque dur de la suite de tests PCMark Vantage. Cela exécute toute une série de tests de disque dur simulés, y compris le démarrage de Windows Vista, le montage vidéo à l’aide de Windows Movie Maker et l’importation de musique dans Windows Media Player. À la fin, il renvoie un score global mais décompose également les résultats en scores individuels – nous avons signalé les deux.


Enfin, nous avons chronométré le temps qu’il a fallu pour terminer une analyse de notre démo Crysis. Nous parcourons la démo une seule fois et réduisons tous les détails graphiques avec une résolution définie sur 800 × 600 pour garantir que la carte graphique n’est pas un goulot d’étranglement. De cette façon, nous pouvons nous assurer que le plus possible du test est consacré à charger le jeu en mémoire et à solliciter le disque dur.


En regardant d’abord les résultats de HDTune, il y a un chiffre qui se démarque vraiment ; le temps d’accès de l’Intel X-25-M. S’enregistrant constamment en dessous de 0,1 seconde, HDTune arrondit simplement le chiffre à 0 seconde, car c’est tout ce qu’il peut afficher. Maintenant, la différence entre les Intel


Comme mentionné, nous n’avons pas de résultats de vitesse d’écriture pour les autres disques, nous ne pouvons donc pas tirer de conclusions absolues, mais même isolément, les chiffres sont impressionnants. Ce disque ne rivalisera toujours pas avec un disque dur conventionnel rapide en termes de vitesse d’écriture séquentielle, mais il n’est certainement pas mauvais et conforme aux chiffres suggérés par Intel. De plus, le temps d’accès rapide (notez combien il est plus lent que le temps d’accès en lecture) contrecarre cela en rendant les écritures aléatoires plus petites beaucoup plus rapides que n’importe quel disque dur conventionnel pourrait gérer. Essentiellement, si vous vous retrouvez régulièrement à copier des fichiers volumineux, vous voudrez peut-être éviter ce lecteur, mais pour la plupart des autres utilisations, le X25-M devrait exceller.


Cela se reflète dans nos chiffres PCMark Vantage qui montrent que le lecteur Intel simple annihile la concurrence. Désormais, PCMark a tendance à privilégier les SSD, même si dans le monde réel les disques durs conventionnels sont souvent plus rapides (comme c’est le cas avec le SSD OCZ vs le VelociRaptor). Néanmoins, le lecteur Intel double presque toujours les performances du lecteur OCZ.


Enfin, nos tests dans le monde réel ramènent les choses sur terre avec une bosse. Bien que le X25-M ne se rende pas service, il est clair que si les temps de chargement des jeux et les temps de démarrage de Windows sont votre priorité, l’achat d’un SSD ne vous rapporte pas grand-chose, voire rien. Cependant, ce qu’aucun de ces tests ne vous dit vraiment, c’est à quel point le travail quotidien peut être rapide. Ouvrir des programmes comme Firefox et Photoshop, parcourir les fenêtres ou simplement faire défiler un dossier d’images miniatures, est tout simplement plus instantané et rend l’utilisation quotidienne d’un ordinateur un peu plus agréable.


“‘Verdict”‘


Nous nous attendions à de grandes choses quand Intel a annoncé son entrée sur le marché des SSD et avec le X25-M, il a certainement tenu ses promesses. Bien sûr, cela coûte cher et la capacité n’est rien comparée à des disques durs beaucoup moins chers, mais cela a toujours été le cas avec les SSD – vous ne devriez jamais les acheter pour leur vitesse. C’est vraiment ironique, car ce n’est même pas le SSD le plus rapide qu’Intel devrait sortir dans les mois à venir. Cela dit, ce disque offre probablement le meilleur équilibre entre prix, performances et capacité pour répondre aux besoins de la plupart des passionnés.

“‘HDTune lire les résultats des tests”‘



—-

”’Résultats des tests d’écriture HDTune”

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

  • HP EliteBook Folio 9480M - Intel Core i5 - 8 Go - SSD 256 Go - 14
    Le PC portable EliteBook Folio de la gamme HP possède un design fin et élégant, avec une finition à base de magnésium et d'aluminium. Il comprend un processeur Intel Core i5 performant et un di...
  • Huawei Pack PC Ultra-Portable Huawei MateBook X Pro 2021 13.9" Ecran tactile Intel Core i7 16 Go RAM 1 To SSD Gris + Ecran PC Huawei AD80HW 23.8" Full HD Noir
    Fnac.com : Pack PC Ultra-Portable Huawei MateBook X Pro 2021 13.9"""" Ecran tactile Intel Core i7 16 Go RAM 1 To SSD Gris + Ecran PC Huawei AD80HW 23.8"""" Full HD Noir - PC Portable. Remise permanente de 5% pour les adhérents. Commandez vos produits high-tech au meilleur prix en ligne et retirez-les en magasin.

Laisser un commentaire