Connectez-vous avec nous

Internet

Twitter sera-t-il interdit en Inde?

Lors d’une journée d’événements qui se déroulent rapidement, la lutte entre Twitter et le gouvernement indien est devenue plus intense, les deux se faisant des remarques sarcastiques.

Pour faire court, le gouvernement indien avait exigé que Twitter prenne des mesures (interdiction) sur un embrayage de poignées qu’il (l’Inde) considère comme fomentant des problèmes en utilisant l’agitation des agriculteurs.

Twitter a initialement suspendu quelques poignées, mais il les a finalement restaurées. Le gouvernement indien a ensuite envoyé trois avis à Twitter demandant une action immédiate, mais la plate-forme de médias sociaux semblait les ignorer.

Ensuite, le gouvernement a également fait allusion à une action en justice contre Twitter et ses responsables en Inde.

Twitter, qui a déclaré que la sécurité de ses fonctionnaires était primordiale pour lui, a sollicité une rencontre avec MeitY (ministère de l’Électronique et de l’informatique).

L’acte provocateur de Twitter

En fait, avant la réunion, Twitter aurait bloqué environ 500 poignées que le gouvernement indien avait jugées nuisibles à la souveraineté de la nation.

Simultanément, Twitter, dans un mouvement qui est considéré comme provocateur par le gouvernement indien, Twitter a publié un article de blog dans lequel il détaille les mesures prises contre les poignées sur l’insistance du gouvernement. Mais il a également déclaré qu’il n’avait pris aucune mesure contre les médias, les journalistes, les militants et les politiciens.

« Nous continuerons de défendre le droit à la liberté d’expression au nom des personnes que nous servons. »

Accessoires du gouvernement indien Koo

Réponse de MeitY à Twitter via son pseudo sur Koo. (Crédit d’image: Koo)

Un MeitY vexé, à travers sa poignée sur Koo, a mis un post qui disait: «À la demande de Twitter cherchant à rencontrer le gouvernement, le secrétaire informatique devait s’engager avec la haute direction de Twitter. Dans cette optique, un article de blog publié avant cet engagement est inhabituel. Le gouvernement partagera bientôt sa réponse. « 

Plus tard, le message a été partagé sur MeitY’s Poignée Twitter aussi. Mais le fait qu’il soit apparu pour la première fois sur Koo est considéré comme significatif. Koo, il faut dire, est la plate-forme de médias sociaux indienne que le gouvernement et ses soutiens soutiennent comme une alternative à Twitter.

Les ministres et les ministères sont encouragés à l’utiliser et nombre d’entre eux ont lentement migré vers Koo.

La limite de caractères pour un ‘Koo’ est de 400, celle de Twitter est de 280.

Koo a eu plus d’un million de téléchargements jusqu’à mardi. Koo est disponible en téléchargement sur le Google Play Store et l’App Store d’Apple.

L’Inde peut-elle se permettre de mordre la balle?

Il reste cependant à voir si Koo obtient le soutien constant du grand public. La plateforme, qui ressemble à une pâle imitation de Twitter lui-même, est dans un état très rudimentaire. Mais il a reçu un bon financement, en particulier de la part de la droite qui mène la lutte contre Twitter.

Le crachat du gouvernement indien sur Twitter et le soutien concomitant à Koo ont également déclenché des chuchotements sur l’interdiction de la plate-forme de médias sociaux en Inde.

L’interdiction de Twitter est un énorme appel, et le gouvernement indien, déjà confronté à une réprimande internationale pour avoir réprimé la dissidence, ne pourra peut-être pas répondre pour le moment.

Mais si l’escarmouche se poursuit, le gouvernement indien pourrait appuyer sur la gâchette pour des raisons de sécurité nationale, ce qu’il a fait dans le cas d’une pléthore d’applications chinoises.

Pour mémoire, Twitter est déjà interdit en Chine, en Corée du Nord, en Iran et au Turkménistan. Ces pays, ce n’est pas un hasard, ne sont pas exactement connus pour leurs méthodes démocratiques.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES