WhatsApp a joué un grand rôle dans les élections nigérianes

0
61

Crédit: CC0 Public Domain

On s'inquiète de plus en plus de la possibilité que la plate-forme de partage de messages et de médias WhatsApp sape la démocratie dans un certain nombre de pays du monde, y compris le Brésil et l'Inde.

Parce que WhatsApp est crypté – et offre ainsi aux utilisateurs une protection bien supérieure aux poursuites que Twitter ou Facebook -, il est devenu particulièrement notoire pour la diffusion de «fausses nouvelles».

C'est une préoccupation majeure en Afrique, où WhatsApp est l'application de messagerie la plus populaire dans 40 pays. Ceci est dû à son faible coût et à la possibilité de partager facilement des messages avec des individus et des groupes.

Mais est-ce vraiment ainsi que WhatApp est utilisé? Et si c'est le cas, dans quelle mesure cela compromet-il la qualité des élections?

Une équipe conjointe du Centre pour la démocratie et le développement (Nigéria) et de l'Université de Birmingham (Royaume-Uni) a passé les derniers mois à la recherche de l'impact de WhatsApp sur les élections nigérianes de 2019 tenues en mai.

Leur rapport aboutit à des conclusions à la fois troublantes et encourageantes.

La recherche révèle que la plate-forme a été utilisée pour induire en erreur les électeurs de manière de plus en plus sophistiquée. Mais cela montre aussi que Whatsapp a renforcé la démocratie dans d'autres domaines.

Désinformation et désinformation

Le terme "fausse nouvelle" est devenu largement utilisé au cours des dernières années. Cependant, il est problématique car il regroupe des informations et des comportements très différents. Par exemple, nous devons séparer les tentatives délibérées d'induire les autres en erreur en créant de fausses histoires ( désinformation) du partage innocent d’histoires inventées par des personnes qui croient que cela est vrai (désinformation).

Les élections nigérianes de 2019 ont été marquées par la désinformation et la désinformation. Nous avons étudié cela en conduisant 46 entretiens dans les États d'Abuja, d'Oyo et de Kano, ainsi que sept groupes de discussion et une enquête menée auprès de 1 005 personnes.

Au cours de leurs recherches, les candidats nous ont toujours dit qu'ils utilisaient principalement WhatsApp pour partager des informations sur leurs qualités et leurs annonces de campagne. Mais de nombreux utilisateurs de WhatsApp ont déclaré qu'une grande partie des messages qu'ils recevaient étaient conçus pour saper la réputation d'un dirigeant rival – pour les "décoller".

Il y avait quelques exemples de désinformation de haut niveau. L’histoire la plus notoire diffusée sur les médias sociaux était que le président était décédé alors qu’il suivait un traitement médical à l’extérieur du pays et avait été remplacé par un clone soudanais.

Les autres communications fabriquées étaient moins extravagantes mais non moins significatives. De nombreux citoyens ordinaires ont partagé ces messages, dans certains cas parce qu'ils savaient qu'ils étaient faux et qu'ils voulaient amplifier leur impact, mais souvent parce qu'ils pensaient qu'ils étaient vrais.

Les stratégies de décampagne les plus efficaces étaient celles qui partageaient des messages qui résonnaient avec les individus parce qu'ils contenaient un élément de vérité ou qui jouaient des expériences récentes.

WhatsApp prend le relais

L'influence politique de WhatsApp s'est rapidement développée parallèlement à sa pénétration croissante. En conséquence, il fait désormais partie du tissu des campagnes électorales et constitue désormais un mécanisme essentiel par lequel les dirigeants politiques cherchent à communiquer avec leurs équipes de campagne et leurs partisans.

Au total, 91% des personnes interrogées étaient des utilisateurs actifs de WhatsApp; comme l'a dit une personne: "J'utilise plus WhatsApp que les toilettes."

Au Nigéria, les candidats aux élections utilisaient déjà la plate-forme pour diffuser des messages en 2015. Mais les personnes interrogées ont convenu que les élections de 2019 ont marqué une avancée significative dans la manière dont les principaux partis ont organisé leur stratégie en matière de médias sociaux.

Politiquement, WhatsApp était utilisé de manière de plus en plus sophistiquée au niveau présidentiel. En 2019, les deux principaux candidats à la présidence – le président Muhammadu Buhari et le chef de l'opposition Atiku Abubakar – avaient tous les deux une équipe dédiée diffusant des messages via les médias sociaux: le Buhari New Media Center et Atikulated Youth Force. En formant des centaines de groupes de 256 membres Whatsapp, ces organisations pourraient envoyer des messages à des dizaines de milliers de personnes en appuyant simplement sur un bouton.

Les efforts de Buhari étaient mieux financés et particulièrement impressionnants. Elle a mis en place un réseau de représentants locaux et régionaux reliés à un "commandement central" à Abuja. Cela a permis à la campagne d'envoyer rapidement des messages du niveau national au niveau local, tout en répondant aux messages hostiles et aux rumeurs partagées par ses rivaux.

Alors que les personnes au pouvoir avaient généralement plus d’argent à investir dans leurs campagnes, de nombreux dirigeants de l’opposition ont souligné que WhatsApp avait largement contribué à créer un terrain de jeu politique plus équitable. Ceux qui étaient impliqués dans la politique depuis un certain temps ont expliqué que les "fausses informations" n'étaient pas nouvelles au Nigeria, mais qu'il était parfois impossible de neutraliser ces messages, car il n'y avait aucun moyen d'obtenir du temps d'antenne à la radio alignée sur le gouvernement.

WhatsApp avait changé cette situation. Les chefs de l'opposition disposent désormais d'un moyen peu coûteux de riposter. Il a également été utilisé pour coordonner des campagnes anti-corruption et l'observation d'élections, renforçant ainsi la démocratie.

Evolution ou révolution?

Il est également important de ne pas exagérer l'importance de WhatsApp. Les choses semblent très différentes au-dessous du niveau national, par exemple, où les structures de campagne étaient moins développées et où une proportion importante des activités restait informelle.

Nous avons constaté que, bien que les candidats au poste de gouverneur et de membre du Parlement aient effectivement mis en place des groupes WhatsApp, ils étaient beaucoup moins organisés. Dans de nombreux cas, les candidats ont eu recours aux réseaux existants et aux influenceurs sociaux pour faire passer le message.

Les candidats ont également tenu à souligner que, s’ils utilisaient WhatsApp lors de leurs campagnes, ils ne comptaient pas sur elle. Les électeurs s'attendent à voir leurs dirigeants sur le terrain et s'attendent à ce qu'ils fournissent toute une gamme de services à la communauté. Annoncer de bonnes actions sur WhatsApp pourrait aider un dirigeant à obtenir du crédit, mais seulement s’il s’était acquitté de ses responsabilités.

En d'autres termes, WhatsApp peut amplifier et compléter la campagne terrestre d'un candidat. Mais cela ne peut pas le remplacer.

Jeter l'eau mais garder le bébé

Ces résultats suggèrent que les solutions au pouvoir des plateformes de médias sociaux telles que WhatsApp ne consistent pas à les interdire ou à permettre aux gouvernements de les censurer. Cela ne ferait qu'exagérer les immenses avantages de l'élection des partis au pouvoir.

Une meilleure solution serait de promouvoir la culture numérique, d'élaborer des codes de conduite des médias sociaux autour des élections et d'autoriser les utilisateurs WhatsApp à contrôler les groupes auxquels ils sont ajoutés et les informations qu'ils reçoivent.


WhatsApp lance un service de paiement numérique en Inde


Fourni par
                                                                                                    La conversation


Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l'article original.La conversation "width =" 1 "height =" 1 "style =" border: none! Important; boîte-ombre: aucune! important; marge: 0! important; hauteur maximale: 1px! important; max-width: 1px! important; min-height: 1px! important; min-width: 1px! important; opacité: 0! important; contour: aucun! important; rembourrage: 0! important; texte-ombre: aucun! important

Citation:
                                                 WhatsApp a joué un rôle important dans les élections nigérianes (29 juillet 2019)
                                                 récupéré le 29 juillet 2019
                                                 sur https://techxplore.com/news/2019-07-whatsapp-big-role-nigerian-election.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Mis à part toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucun
                                            partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire