Comment concevons-nous des bâtiments qui permettent aux occupants de s'épanouir?

0
54

Et si les environnements de travail et scolaire inspiraient un sentiment de bien-être? Crédit: Pexels / Magda Ehlers

Les Américains passent 87% de leur temps à l’intérieur, selon l’Environmental Protection Agency des États-Unis.

Malheureusement, de nombreux bâtiments contribuent à la dépression, au stress, à la mauvaise santé et à l'absentéisme, déclarent les ingénieurs de Stanford, Sarah Billington et James Landay. Coupés de l'air frais, du soleil et de la nature, de nombreux employés de bureau sont entourés de reflets fluorescents, de matériaux artificiels et de bruits aléatoires.

Billington et Landay dirigent un projet de recherche interdisciplinaire sur l'utilisation des innovations architecturales et numériques pour changer cela. De meilleures conceptions de bâtiments pourraient inclure de nouvelles façons d’amener l’extérieur à l’intérieur, par exemple avec des «murs végétaux» modulaires et d’autres matériaux naturels. Les fonctions numériques peuvent inclure un éclairage qui imite la lumière du soleil qui traverse une forêt. Les deux ont discuté de leur travail dans une présentation récente. Ci-dessous sont les faits saillants.

Quel est le problème avec les immeubles de bureaux?

Landay: Regardez autour de vous au travail ou à l'école. Beaucoup de gens sont malheureux, surmenés et en surpoids. D'autres se sentent démotivés ou isolés. Pourquoi? Une des raisons est que l'environnement de bureau est souvent bruyant et artificiel, sans aucune touche de nature. Cela peut rendre les gens anxieux et distraits, ce qui nuit à leur performance et à la productivité de l'entreprise. L'absentéisme – quand des employés en bonne santé appellent à la maladie – coûterait aux entreprises américaines 226 milliards de dollars par an. Une étude a montré que les bureaux dépourvus de nature pouvaient représenter 10% de ce coût, soit 23 milliards de dollars par an. Winston Churchill a écrit: "Nous façonnons nos bâtiments; ensuite, ils nous façonnent." Et si nous pouvions concevoir des bâtiments pour nous façonner de manière positive?

Comment proposez-vous d'améliorer les choses?

Billington: Nous pouvons commencer avec ce que nous savons: Un lien avec la nature réduit la pression artérielle et le rythme cardiaque, et améliore l’engagement mental et l’humeur. Des études montrent également, par exemple, que les patients hospitalisés se rétablissent plus rapidement s’ils ont une vision de la nature. Dans les bureaux et les écoles, l’éclairage naturel peut améliorer la concentration et la productivité. Une stratégie consiste à faire entrer la nature à l'intérieur. Les murs verts modulaires peuvent être conçus pour supporter la ventilation naturelle dans une plus grande variété de climats, apportant à la fois l'air frais et la nature. Un mouvement naissant se forme autour de concepts comme ceux-ci pour favoriser le bien-être, mais peu d'expériences contrôlées ont été menées sur le long terme pour soutenir ces idées.

Qu'est-ce que ça veut dire?

Landay: Les futurs bureaux seront des espaces hybrides physiques et numériques. Les écrans vidéo vont coûter très cher et nécessitent peu d’énergie, ce qui les déploiera dans tous les bâtiments. Finalement, la vitre aura les capacités numériques pour changer d’éclairage ou devenir un autre affichage. Imaginez un grand écran dans le couloir d’un bureau qui montre une murale dynamique représentant des fleurs au vent. Les personnes seront encouragées à suivre les fleurs dans le couloir, dans la direction des escaliers au lieu de l'ascenseur.

Billington: Nous pouvons également utiliser la conception architecturale pour imiter des aspects de la nature à l’intérieur d’un bâtiment et potentiellement offrir aux utilisateurs des avantages. La lumière solaire tachetée change au cours de la journée et les formes organiques représentant la nature en sont des exemples.

Comment mesurez-vous le bien-être et déterminez-vous si un bâtiment l'améliore?

Landay: C'est ce sur quoi portent nos recherches. Nous nous concentrons sur la mesure de plusieurs éléments clés: stress, sentiment d'appartenance, créativité, activité physique et comportement pro-environnemental. Nous pouvons commencer par demander aux gens comment ils se sentent. Mais, malheureusement, les gens ont du mal à se souvenir des choses avec précision lorsque l’auto-évaluation est faite quotidiennement ou hebdomadairement. La méthode d’échantillonnage d’expérience, ou MSE, est un moyen plus précis de prendre des auto-évaluations Avec ESM, vous posez une question rapide plusieurs fois par jour; par exemple, comment vous sentez-vous maintenant? Nous pouvons également utiliser des applications qui permettent aux utilisateurs d’utiliser leurs téléphones, montres et ordinateurs portables pour collecter des données sur l’activité physique et le stress. Nous comparerions ces mesures de bien-être à d'autres données que les bâtiments peuvent déjà collecter sur la qualité de l'air, le son, l'éclairage, l'occupation et la consommation d'énergie. En rassemblant toutes ces informations, nous pouvons en apprendre davantage sur les adaptations qui augmentent le bien-être des occupants.

Qu'en est-il des coûts de tout cela?

Billington: Améliorer les bâtiments pour le bien-être peut être plus précieux que vous ne le supposeriez. Environ 90% des coûts d'exploitation d'un bâtiment commercial sont liés aux salaires et avantages du personnel. Si les modifications architecturales et numériques peuvent même améliorer modestement le bien-être et la productivité des personnes, ces conceptions améliorées pourraient générer un retour sur investissement important. Notre recherche éclairera les stratégies à fort impact dans la conception de nouveaux bâtiments. Pour les bâtiments existants, les modifications structurelles peuvent être d'un coût prohibitif, mais des adaptations numériques et non structurelles moins coûteuses peuvent contribuer grandement à améliorer le bien-être.

Où voyez-vous tout cela mener?

Landay: Les bâtiments du futur auront à la fois une détection et une activation. L'idée est d'utiliser la détection, plus l'apprentissage automatique, pour déduire l'état des personnes, qu'elles soient déprimées, en colère ou heureuses, puis d'activer des changements dans l'environnement et les affichages du bâtiment pour améliorer l'humeur et la santé. L'essentiel est de le faire d'une manière centrée sur l'homme, qui préserve la vie privée et, en termes simples, qui ne soit pas effrayant. Les personnes doivent être à l'aise avec cette détection, choisir les informations détectées et pouvoir les supprimer ou ne pas participer du tout. Nous avons encore beaucoup à apprendre sur la façon de bien faire cela, mais il est clair que les bâtiments peuvent être plus sains pour nous qu'ils ne le sont maintenant. Grâce à cette recherche, notre objectif est de faire de notre environnement bâti un endroit où les gens vont s'épanouir et s'épanouir.


Enquêter sur les reflets: quelle est la luminosité de votre bureau


Fourni par
                                                                                                    Université de Stanford


Citation:
                                                 Comment concevons-nous des bâtiments qui permettent aux occupants de s'épanouir? (24 juillet 2019)
                                                 récupéré le 25 juillet 2019
                                                 à partir de https://techxplore.com/news/2019-07-enable-occupants.html

Ce document est soumis au droit d'auteur. Mis à part toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucun
                                            partie peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire