Connectez-vous avec nous

Internet

Facebook a interdit les actualités en Australie

Facebook a annoncé qu’il «interdirait à partir d’aujourd’hui aux éditeurs et aux personnes en Australie de partager ou de visionner du contenu d’actualités australiennes et internationales» en raison du code de négociation des médias du gouvernement australien.

Bien que le Code doive encore être voté au parlement, l’interdiction de la presse dans le pays est déjà en vigueur, les Australiens se réveillant aujourd’hui aux messages du géant des médias sociaux expliquant les changements.

(Crédit d’image: Future)

L’histoire jusqu’ici

Le code de négociation des médias australien a proposé que les géants de la technologie tels que Facebook et Google paient les publications des médias locaux lorsqu’ils établissent des liens vers leur contenu, dans l’espoir que les revenus soient partagés plus équitablement entre les sources médiatiques.

Naturellement, Facebook et Google ne sont pas d’accord avec cette proposition, affirmant à plusieurs reprises qu’elle passe à côté de l’essentiel. Le porte-parole de Facebook, William Easton, affirme que la loi « méconnaît fondamentalement la relation entre notre plateforme et les éditeurs qui l’utilisent pour partager du contenu d’actualité ».

Facebook avait menacé de bloquer le contenu des actualités en Australie depuis septembre et s’en sortait maintenant bien avec ses menaces, et Google a déclaré qu’il arrêterait d’exploiter son moteur de recherche dans le pays si la loi était adoptée.

Microsoft, saisissant cette opportunité, s’est rangé du côté du gouvernement australien et a proposé son moteur de recherche Bing comme alternative, en proposant d’augmenter son investissement dans celui-ci si Google devait retirer son propre moteur du pays.

En fait, Microsoft est même allé jusqu’à suggérer que les États-Unis adoptent les mêmes lois que l’Australie propose, affirmant que cela «renforce la démocratie en exigeant que les entreprises technologiques soutiennent une presse libre».

Le contraire de l’actualité

En ce qui concerne les détails de la dernière interdiction de Facebook, cela affecte toutes les personnes et les organisations de presse en Australie. Aucune des parties ne pourra afficher, créer un lien ou partager tout nouvelles, que ce soit localement ou globalement.

Cela signifie que les publications australiennes qui ont déjà gagné des lecteurs mondiaux via le partage sur Facebook perdront toute visibilité et toute capacité à le faire.

À l’inverse, cela signifie également que tout Australien qui se tournait vers Facebook pour se tenir au courant des événements mondiaux (ou locaux, d’ailleurs) ne verra plus aucune actualité apparaître.

Selon des études menées par les analystes Roy Morgan, en mars 2020, 37,7% des Australiens comptaient sur les réseaux sociaux comme principale source d’informations, et 16,5% supplémentaires s’appuyaient sur des sites de fil d’actualité comme Google News, deux segments assez importants de la population. .

Offres de Google

Alors que Facebook a donné suite à ses menaces « avec un cœur lourd », Google a commencé à signer des accords avec des publications de médias australiens, concluant un accord de 30 millions de dollars australiens sur cinq ans avec Nine media et en pourparlers avec d’autres tels que ABC et Guardian Australia.

News Corp de Rupert Murdoch a également conclu un accord mondial avec le géant de la technologie, qui continuera à continuer comme d’habitude avec Google News et le moteur de recherche Google, mais cela impliquera également la mise en place d’une plate-forme d’abonnement partagée entre les deux sociétés.

Il ne fait aucun doute que cette situation se développera encore dans les prochains jours, alors restez à l’écoute pour les dernières nouvelles sur Facebook et les nouvelles négociations de Google.

Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES