La Russie inflige une amende à Google et Meta enregistre 125 millions de dollars pour du contenu interdit

0
44

Le fait de ne pas supprimer le contenu interdit en Russie devient de plus en plus coûteux pour les plateformes technologiques étrangères, Google se voyant imposer une amende de près de 100 millions de dollars.

Un tribunal de Moscou a infligé vendredi à Google une amende sans précédent de près de 100 millions de dollars, tandis que Meta (anciennement Facebook) a écopé d’une amende de 27 millions de dollars.

Ces dernières années, la Russie a exercé des pressions sur les géants occidentaux des médias sociaux, le président Vladimir Poutine affirmant que ces entreprises devenaient aussi influentes que les gouvernements élus.

Moscou a engagé à plusieurs reprises des poursuites judiciaires à leur encontre pour ne pas avoir modéré correctement leur contenu et s’être immiscé dans les affaires du pays.

Mais jusqu’à présent, les amendes infligées à la société mère de Facebook, Meta et Google, se sont élevées à des dizaines de millions de roubles, et non à des milliards.

Cependant, vendredi, un tribunal de Moscou a infligé à Google une amende record de 7,2 milliards de roubles (98 millions de dollars), tandis que Meta (anciennement Facebook) a reçu une amende de 1,9 milliard de roubles (27 millions de dollars) pour avoir omis à plusieurs reprises de supprimer du contenu illégal.

“Pour la première fois, un tribunal russe a imposé des amendes qui représentent une part des revenus annuels de ces sociétés en Russie”, a déclaré le régulateur russe des communications Roskomnadzor dans un communiqué.

Le régulateur a déclaré que Google et Meta avaient “ignoré plusieurs demandes” de supprimer les contenus incitant à la haine religieuse et promouvant les opinions des “organisations extrémistes et terroristes”, entre autres violations.

Au cours des dernières années, le gouvernement russe a utilisé le prétexte de protéger les mineurs et de lutter contre l’extrémisme pour réprimer la dissidence et contrôler le segment russe du Web.

Il a également commencé à développer un Internet dit souverain qui peut fonctionner de manière indépendante.

Les critiques du Kremlin ont accusé les autorités de museler les médias indépendants, affirmant que le gouvernement se concentre maintenant sur Internet, considéré comme le dernier bastion de la liberté d’expression en Russie.

Les géants des médias occidentaux ont nié toute violation dans le passé.

“Nous étudierons les documents judiciaires et déciderons ensuite des prochaines étapes”, a déclaré vendredi à l’AFP le service de presse de Google. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de Meta.

Jeudi, Twitter s’est vu infliger sa dernière amende de trois millions de roubles (40 000 $) après que les autorités ont commencé à restreindre ses services au printemps.

Amendes et menaces

Avant les élections législatives de septembre, l’organisme de surveillance des médias russes a bloqué des dizaines de sites Web liés au critique emprisonné du Kremlin Alexei Navalny, dont les organisations ont été interdites en Russie en tant qu'”extrémismes”.

Le régulateur a également ordonné à Google et Apple de supprimer une application dédiée à la campagne “Smart Voting” de Navalny qui conseillait aux partisans pour qui voter de renverser les politiciens alignés sur le Kremlin.

Les géants de la Silicon Valley s’y sont pliés, des sources affirmant à l’AFP que les décisions sont intervenues après que les autorités ont menacé d’arrêter le personnel local.

Le régulateur russe des médias a également bloqué des dizaines de sites Web liés à Navalny.

Lors des manifestations de soutien à Navalny l’hiver dernier, les autorités russes ont accusé des plateformes telles que YouTube et Twitter de Google de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Russie en ne supprimant pas les messages appelant à ce que les gens se joignent aux rassemblements.

Poutine s’est plaint à l’époque que les grandes entreprises technologiques étaient en concurrence avec les États.

La Russie a déjà bloqué un certain nombre de sites Web qui ont refusé de coopérer avec les autorités, comme la plateforme vidéo Dailymotion et LinkedIn.

Dans le cadre des vastes efforts visant à soumettre les médias sociaux étrangers à son contrôle, la Russie a interdit en septembre six principaux fournisseurs de VPN, dont Nord VPN et Express VPN.

La Russie a également introduit une nouvelle loi exigeant que les smartphones, ordinateurs et autres gadgets vendus dans le pays soient livrés avec des logiciels et des applications domestiques préinstallés.


La Russie inflige des amendes à Facebook et Twitter pour du contenu interdit


© 2021 AFP

Citation: La Russie inflige une amende à Google, Meta record de 125 millions de dollars pour du contenu interdit (2021, 24 décembre) récupéré le 24 décembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-12-russia-fines-google-meta-mn.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire