La Turquie commence sa vie sous des règles strictes sur les réseaux sociaux

0
21

La nouvelle loi menace d’effacer la présence locale de plateformes telles que Facebook et Twitter

La Turquie est entrée jeudi dans une nouvelle ère de restrictions strictes sur les réseaux sociaux qui menacent d’effacer la présence locale de Facebook et Twitter s’ils ne parviennent pas à supprimer les publications litigieuses.

Le projet de loi a été adopté par le Parlement par le parti au pouvoir AKP du président Recep Tayyip Erdogan et fait suite à la répression du gouvernement contre les journaux et les chaînes de télévision de l’opposition.

Le responsable des droits humains de Facebook, Iain Levine, a tweeté que cette décision «soulève de nombreuses préoccupations (concernant) les droits humains».

Mais bien que craintifs, les défenseurs de la liberté d’expression ne sont pas certains si le gouvernement d’Erdogan sera en mesure de mettre en œuvre les mesures les plus punitives de la loi – ou si les entreprises de médias sociaux s’y conformeront un jour.

«Nous pensons que de nos jours, il est vraiment impossible dans un pays comme la Turquie de supprimer les médias sociaux – cela fait tellement partie de la vie des gens», a déclaré Emma Sinclair-Webb, la directrice turque de Human Rights Watch.

En vertu des nouvelles règles, les plates-formes comptant plus d’un million d’utilisateurs quotidiens doivent ouvrir des bureaux en Turquie capables de traiter les décisions des tribunaux locaux de supprimer le contenu offensant en une journée.

Sinon, ils font face à des interdictions de publicité, à des amendes de plusieurs millions de dollars et, surtout, à des réductions de bande passante allant jusqu’à 90%, rendant les plates-formes effectivement inutilisables.

Ils exigent également que les entreprises de médias sociaux «prennent les mesures nécessaires» pour stocker les données des utilisateurs localement, bien qu’une législation contraignante à cet effet ait été retirée de la version finale de la loi adoptée en juillet.

«Twitter schmitter!

Erdogan n’a pas caché son mépris pour les réseaux sociaux, bien que son compte Twitter @RTErdogan compte 16,7 millions d’abonnés.

“Twitter schmitter!” a-t-il déclaré en 2014, jurant “d’effacer toutes ces” plates-formes.

Il a donné suite à sa menace plus tard cette année-là en débranchant brièvement Twitter et YouTube avant les élections locales, qui sont intervenues dans le feu d’un scandale de corruption lié aux bandes audio en ligne.

“L’objectif de la loi est de menacer les entreprises de médias sociaux avec un message de” se conformer ou mourir “, a déclaré Sinclair-Webb à l’AFP.

De nombreux Turcs, en particulier les jeunes, dépendent fortement des médias sociaux, car la plupart des organes de presse réguliers sont détenus ou contrôlés par des pro-go

De nombreux Turcs, en particulier les jeunes, dépendent fortement des médias sociaux, car la plupart des organes d’information réguliers sont détenus ou contrôlés par des entreprises progouvernementales

L’accès aux sites Web et au contenu a déjà été partiellement restreint dans le pays de 83 millions d’habitants.

Le défenseur des droits à la confidentialité, Sevket Uyanik, a déclaré que la Turquie avait bloqué l’accès à 408000 sites Web, 40000 tweets, 10000 vidéos YouTube et 6200 publications Facebook d’ici la fin de 2019.

“Quand c’est déjà le cas, imaginez ce que ce sera après le 1er octobre”, a déclaré Uyanik à l’AFP.

L’expert des droits numériques Yaman Akdeniz a déclaré que les plates-formes avaient jusqu’à la fin de la journée jeudi pour ouvrir des bureaux turcs ou commencer à faire face à des sanctions et des amendes.

Akdeniz a déclaré que la limitation de la bande passante commencerait en avril et atteindrait 90% en mai de l’année prochaine si les entreprises de médias sociaux ne se conformaient toujours pas.

Facebook et Twitter ont refusé de commenter lorsque l’AFP leur a demandé s’ils respecteraient les nouvelles règles.

‘Pas populaire’

De nombreux Turcs, en particulier les jeunes, se tournent vers les médias sociaux pour des mises à jour, car la plupart des médias traditionnels sont détenus ou contrôlés par des entreprises pro-gouvernementales.

“Il y a beaucoup de cas de violence domestique contre les femmes et de meurtres que nous ne voyons pas à la télévision”, a déclaré à l’AFP Ayse Nur Akyuz, mannequin et “influenceuse” autoproclamée comptant 47 000 followers sur Instagram.

“Les nouvelles à leur sujet se répandent sur les réseaux sociaux en cinq minutes.”

Tout le monde, des lycéens, dessinateurs et journalistes à un ancien mannequin de Miss Turquie, a atterri devant le tribunal pour des tweets et autres publications sur les réseaux sociaux jugés offensants pour le président.

La nouvelle législation a pris de l’ampleur après qu’Erdogan est devenu enragé par les insultes en ligne du ministre des Finances Berat Albayrak et de son épouse Esra, la fille du président, après la naissance de leur quatrième enfant.

Pourtant, Sinclair-Webb a noté que les partisans du gouvernement sont également devenus dépendants des médias sociaux, en particulier à l’ère des restrictions sur les coronavirus et des interdictions de rassemblement public.

“Le fermer ne sera pas une décision populaire”, a déclaré Sinclair-Webb. “S’il essayait d’appliquer cette nouvelle loi, le gouvernement se tirerait également une balle dans le pied.”


La Turquie resserre son emprise sur les médias sociaux avec une nouvelle loi


© 2020 AFP

Citation: La Turquie commence sa vie sous des règles strictes sur les réseaux sociaux (1er octobre 2020) récupéré le 1er octobre 2020 sur https://techxplore.com/news/2020-10-turkey-life-strict-social-media.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.


Les offres de produits Hi-tech en rapport avec cet article

Laisser un commentaire